Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
wos-rpg.over-blog.com

Libération

28 Mars 2014 Publié dans #Troisième Acte

[les pubs pénibles devraient avoir disparu maintenant]

"mmmh. Et bien Joyeux restera en arrière pour garder les chevaux" dit Enragé-le-Rapide. Car je vous rappelle que vous vous balladez avec des chevaux de remonte ainsi que 3 chevaux de "vente".

Enragé connait aussi bien la région et les points d'embuscade possibles "Oui, je vois de quoi tu parles, c'est un bon endroit, on peut aussi facilement s'échapper par les collines. Il y a une autre solution: une attaque de leur bivouac de nuit rapide pour libérer les prisonniers. Ca pourrait éviter des morts inutiles"

Maintenant que vous êtes parmi eux, vous pouvez els observer plus à loisir. D'abord, ils n'ont que 3 chevaux de remonte. Ensuite, à part Enragé-le-Rapide et un autre qui portent une armure de cuir lamellaire, ils sont équipés légèrement: ce sont pour la plupart des éleveurs plutôt que des guerriers [sachant que chez les Türks, le moindre éleveur a déjà des compétences martiales non négligeables]. Arc + sabre sont leurs armes. Nul ne possède de vêtements de luxe en soie ou en fourrure précieuse apparents, mais quand on est en chasse, on ne revêt pas forcément ses plus beaux atours. Bref, ils ne donnent pas l'impression d'un clan riche et puissant.

Vous avez donc avec vous 6 hommes en état, dont deux guerriers et 4 légers. Vous retournez sur vos pas sous un soleil de plomb en soulevant la poussière qui se colle à votre langue quand vous parlez et remontez les pentes désolées des collines pierreuses que vous venez de quitter. Durant le trajet, vous pouvez discuter de la meilleure tactique.

Je vous rappelle que la caravane est composée de:

  • 4 gardes à pied, armés de boucliers, lances et pouvant utiliser des arbalètes

  • 3 gardes à cheval, dont deux archers Wei armés d' arcs, lances et sabres et un guerrier sogdien apparemment expérimenté lourdement armé (lance, bouclier, sabre).

  • Awazi et son jeune aide, dont vous ne savez rien des compétences guerrières (mais Awazi possède une épée)

  • Le guide Türk, évidemment capable de se battre comme tous les Türks

  • un chamelier et esclave, quantité négligeable

Je vous laisse réfléchir à la manière d'agir. Enragé-le-Rapide pourra faire des suggestions (comme ci-dessus)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maître Zit 07/05/2014 21:51

Quelques chevaux sont trouvés rapidement. Au eptit jour, vous pourrez certinement en retrouver. Si vous passez toute la matinée à chercher en attendant la caravane (et en vous dispersant un peu), vous en retrouverez peut-être encore plus.

Vous apportez un cheval à Kenjeke. Elle dessine des ailes sur les flancs de la bête avec le sang des ennemis tués et attache des morceaux de broussaille entre ses oreilles pour figurer des cornes. Puis elle entame une prière à Tengri [Laurent, si tu veux te lâcher, vas-y, mais pas de prière gnagnan, vous êtes une culture rude et guerrière]. Puis, alors que vous faites tomber le cheval sur le côté, lui liez les jambes et le maintenez fermement, elle sort lentement son nouveau grand sabre pour lui ouvrir la gorge. La bête s'agite un moment avant de lentement s'endormir puis mourir. Son sang nourrit Jer-Süb, la Terre Mère alors que son souffle vital monte vers Tengri. Cette bête proprement sacrifiée pourra être consommée, une part revenant aux Aiyy [divinités célestes], l'autre à vous. Une fois cuit, peut-être Ulap pourra-t-il tenter une divination sur l'omoplate, mais c'est loin d'être sa spécialité.

Pednant tout ce temps, vos prisonniers restent silencieux, regardant tristement les corps de vos victimes. Soudain, une fosi la cérémonie terminée, l'homme encore entravé appelle. Il se prosterne devant vous. "Ne laissez pas les nôtres sans sépulture. Ne laissez pas les üörs dévorer leurs âmes. Je vous en supplie, par Tengri."

[nous allons bientôt ouvrir un nouveau post, après vos réactions à ce dernier commentaire]

Kenjeke 09/05/2014 18:36

Faut pas confondre Khatun et catin :-D

Maître Zit 09/05/2014 17:57

[note: une Khatun est une femme de Khan]

Maître Zit 09/05/2014 09:19

[Excellent ! Pour l'occasion, nous allons doter Kenjeke d'une nouvelle compétence créée poru l'occasion (et qui manque dans le BRP à mon avis): Perform [oratory]. Elle a droit à un jet d'expérience automatique pour role-play. Kenjeke et Ayu-Kulak forment un couple explosif !].

Le Töläch regarde Kenjeke d'un air ébahi. Il pose son front dans la poussière et déclare d'une voix étouffée "Tes paroles sont des ordre, ô Khatun ! Ilbis-Khan, l'Esprit de la Guerre, était avec vous". Il tourne la tête vers Lune et la regarde d'un air sévère. Elle se prosterne à son tour sans dire un mot.

[Ilbis-Khan est effectivement avec vous, vu les jets de dés que j'ai faits durant le combat. Mais l'action était aussi bien pensée et bien préparée, d'oú un résultat particulièrement positif.

RDV sur le post suivant]

Kenjeke 08/05/2014 08:46

[Hors jeu : Puisse que le MJ m'ordonne de me lâcher... :-D]

Kenjeke conduit la cérémonie avec le plus grand sérieux, nul à ce moment ne peut voir en elle la frèle jeune fille apeurée par les dangers qu'entrainent les ambitieux objectifs qu'elle s'est assignés. Une fois la bête saignée, elle plonge ses avant-bras dans le sang et les présente au ciel livide du matin: "Ô Ciel Eternel, Père Infini, nous te remercions tous pour cette nouvelle victoire sur ceux qui voulaient, une nouvelle fois, faire de nous leurs esclaves. Accorde à nos guerriers ta force à chaque fois qu'ils devront brandir leurs lames pour notre liberté, fais nos coeurs vaillants face à tous nos ennemis, puisse leur sang se corrompre et la maladie les emporter, puisse leur volonté se racornir face à notre juste révolte et notre courroux...". Elle présente ensuite son sabre nouvellement conquis. "Ô Bleu si Grand, fais du fer de nos sabres une tempête furieuse à chaque fois que nous les brandirons pour la juste cause de la liberté de nos enfants..." Elle désigne ensuite leurs chevaux qu'elle asperge de sang chaud. "Ô Vent Puissant, fais de nos montures des flèches inégalables et brise les jambes des montures de ceux qui se dresseront contre nous..." Enivrée de ses propres paroles et de l'odeur des flots de sang qui s'écoulent du cheval sacrifié, elle tombe presque à genoux et désigne ceux d'entre-eux qui ne sont pas Türk "Ô Porteur de Nuages, accorde une longue vie et une nombreuse descendance à nos amis et alliés, puissent aussi leurs ennemis périr dans les tourments et la souffrance, le ventre dévoré par les loups affamés dans les décombres de leurs camps, semant à jamais la crainte dans leurs coeurs hostiles..." Découpant le coeur de la bête, elle le présente sanguinolent à l'assemblée avec un sourire lumineux "Maintenant mangeons pour honorer Tengri, la Terre et nos ancêtres. Célébrons votre victoire, guerriers!"

[Hors jeu : Kenjeke essaye aussi d'impressionner les prisonniers]


Lorsque le Tölach supplie, elle fait un signe d'assentiment à son fiancé et se tourne vers lui : "Toi, as l'air plus sensé que feu ton chef l'Enragé. Nous ne sommes pas des monstres sans foi ni honneur. Nous aussi nous avons une mission sacrée à accomplir. Les tiens n'ont succombé que parce qu'ils ont essayé de stopper un ouragan invincible qui se lève." Elle lui jette un regard noir et scrutateur qui semble fouiller son âme. "Nous avons besoin d'un guide pour traverser cette plaine. Accorde-nous l'honneur de ton savoir et les tiens recevront de justes funérailles. Ils ne pouvaient pas nous vaincre mais ne le savaient pas..." Son regard est dur et sérieux lorsqu'elle ajoute telle une jeune harpie couverte du sang du sacrifice "Jure de nous servir loyalement et tes morts reposeront en paix, nous libérerons cette femme et l'autre prisonnier pour que ton clan n'ait pas été détruit en ce jour et en ce lieu... et nous ferons même notre possible pour t'aider dans ta quête, car nos amis sont toujours honorés, tu peux le vérifier auprès de ceux d'entre-nous qui ne sont pas Türks..." Elle fait une pause pour laisser au Tölach le temps de soupeser ses mots, puis elle ajoute "Mais profère un seul mensonge, sois parjure et moi je te jure que tu m'accompagneras jusqu'à notre dernière destination, à pied derrière une de nos monture de bas, attaché par tes propres tripes à la selle ! Alors réfléchis bien avant de promettre !"

Ayu-Kulak 08/05/2014 00:30

(mmh... que pourrait-on obtenir de lui en échange? Je vous laisse décider pendant mes 4 jours sans Internet) ;)

Maître Zit 06/05/2014 08:55

[Paul n'est pas très dispo, je prends la main sur Ulap]
Soudain une voix s'élève derrière votre cercle "les deux fuyards se sont rejoints, je les ai suivis. Ils font une halte, je les ai laissés se demander que faire." Mais comment a-t-il pu suivre des cavaliers ???
Ulap regarde les corps et fait la moue. " Il faudrait peut-être aider les âmes à trouver le chemin des morst avant que des üörs ne soient attirés. Près d'un point d'eau, c'est dangereux pour ceux qui s'y arrêteraient." Et dans un sourire glacial il ajoute : "Et il n'y a pas assez de crânes pour faire un oboo".
Puis il se met à examiner Kenjeke avant de s'occuper du Töläch blessé.

Vous pouvez garder les crânes ou plus simplement les scalps pour orner vos selles : c'est une tradition désuète de vos ancêtres que vous pouvez remettre au goût du jour. Il ne vous est pas possible de taner la peau complète.

Les chevaux: Ayu-Kulak n'a pas réussi à rattraper le cheval qui s'est perdu dans des escarpements difficiles. Certains ne sont pas allés trop loin, pour les autres vous devrez attendre le jour. Ulap pourrait demander à l'esprit gardien de votre troupeau de faire revenir les vôtres, mais il faudra probablement faire des sacrifices. Je tireai aux dés selon ce que vous voulez faire.

Alors que vous en êtes à ces réflexions, Kenjeke se met à sussurer seule: "oui, qu'il en soit remercié" pouvez-vous comprendre.

Maître Zit 07/05/2014 21:50

[Ayu-Kulak: tengrisme 22 (tu as augmenté), statut 81. Kenjeke tengrisme 33, statut 90. Elle peut légitimement prétendre diriger le sacrifice, même si c'est uen femme. Ayu-Kulak veut-il tenter de s'imposer ? Ca se jouera avec le status modifié par l'Allégeance]

Ayu-Kulak 07/05/2014 11:43

[ah bon toi aussi Kenjeke ton allégeance est à 19 points et tu tiens absolument à pouvoi faire des miracles? ;))]
[blague à part, je croyais que tu te concentrais plutôt sur le culte des ancêtres. Moi c'est le tengriste; Maître Zit, quels sont nos scores actuels à K. et moi, dans toutes les traditions magiques? J'ai peut-être plus intérêt à mener la cérémonie]

"Ne prenons pas de scalp: nous voulons nous louer comme mercenaires pour traverser le Gobi, et avec des scalps on aura davantage l'air de brigands que de respectables gardes de caravanes. Bien entendu, gardons les cadavres dans un coin pour montrer à Awazi nos exploits. Le discours à lui tenir sera le suivant : "on a rencontré des Tölachs qui cherchaient des caravanes à raider et à liberer leurs amis esclaves. Nous nous sommes dit qu'ils allaient attaquer la caravane d'Awazi à coup sûr; on a fait copain-copain et on les a embusqué".

"il fait toujours nuit [en remontant dans les mails, on doit être aux deux-tiers de la nuit]. Si on a deux heures devant nous, on peut se recoucher en attendant le jour - avec des sentinelles doublées, bien sûr, ce qui nous éviterait d'être fatigués [et d'avoir des malus]. Ensuite, on peut sacrifier le cheval le plus naze des Tölachs, pour à la fois faire revenir les nôtres (les chevaux fringuants qu'on est censés vendre), et chasser les espits.

[partant demain à la convention Chimériades, ainsi que Gianni, je doute que on puisse suive le fil avant dimanche - lundi]

Arslan 06/05/2014 21:58

Pendant la cérémonie, je demeure sur mes gardes.

Kenjeke 06/05/2014 09:47

Alors qu'elle se sent dévisagée, Kenjeke prend la parole du ton ferme et définitif que tous lui connaissent lorsqu'elle a décidé quelque chose dont elle ne démordra pas.
- "C'est toi le chef militaire de cette expédition, Ayu-Kulak, mais sache que si j'étais un des derniers Tölach survivants avec ma famille morte ou partie en esclavage et mes frères d'armes massacrés par une bande de chiens-chiens égarés, je les traquerais jusqu'au bout de la terre pour les égorger dans leur sommeil et ainsi venger les miens, au moins je pourrais rejoindre mes ancêtres la tête haute... mais sans doute je ne suis qu'une stupide femme qui ne comprend pas grand chose à la guerre. Si tu souhaites parler des Tölach à la caravane, évite tout de même de leur préciser que c'est nous qui les avons mis sur leur piste, cela risquerait de ternir notre prestige de bons éclaireurs... ahem!"

Puis elle se tourne vers l'assemblée et annonce enfin: "Vous avez été braves et vaillants et visiblement Tengri favorise les audacieux ! Il doit apprécier notre initiative de restaurer la puissance Türk et j'entrevois un grand avenir pour notre peuple et nos alliés tant que nous resterons guidés par le courage, la ruse et la fierté d'être Türk. Tengri mérite un sacrifice pour lui montrer notre reconnaissance et notre dévotion, nos ancêtres l'exigent aussi !"

Pendant un court instant, elle observe les alentours, le regard noir, comme si elle s'attendait à voir une meute de Tölach enragés venir l'interrompre puis elle poursuit : "Puisque mon frère est absent, je vais conduire la cérémonie du sacrifice à la gloire de Tengri ici et maintenant !"

Maître Zit 02/05/2014 15:59

LE DERNIER DES TÖLÄCHS

Ayu-Kulak 05/05/2014 22:48

et j'aborde l'après : "où veux-tu aller en pleine nuit, Kenjeke? Les deux survivants doivent être désespérés, et ils n'ont plus personne à rameuter, Souviens-toi des paroles du défunt, niark - Enragé : " les nôtres ont été enlevés et nos troupeaux égorgés". Et même s'ils vont jusqu'à leur Ulus, et à supposer qu'ils ont encore un autre groupe armé à envoyer, ils ne seront pas là avant un moment.

Ce que nous pouvons faire, c'est attendre le jour - je suppose que notre position d'embuscade est aussi bien défendue, sinon on bouge. Le jour venu, on fait nos calculs quand à l'avancée de la caravane - qui ne doit être qu'une journée de marche après nous, et soit on l'attend, soit on part à sa rencontre. Non seulement on pourra montrer quels bons éclaireurs on a été, non seulement on sera plus fort avec les autres gardes, mais en plus on cessera de se perdre. Parce que ce que je crains, c'est qu'on meure encore de soif."

Ayu-Kulak 05/05/2014 20:23

Je vais chercher son cheval, puis je reviens le fouiller - après tout on a peu de possessions, autant se servir sur autrui. Tout en surveillant les alentours, au cas où ils reviendraient.

Puis je reviens vers le camp, et je compte les chevaux.

Kenjeke 05/05/2014 08:00

"Faites du conscient notre guide et tranchez la tête à l'autre, nous devons partir dès que Ayu-Kulak sera revenu." ordonne Kenjeke.

Maître Zit 04/05/2014 21:01

Bien décidée à faire la morale à Lune, Kenjeke se penche sur elle. Elle constate vite que la blessure est sérieuse: la flèche est profondément enfoncée dans le dos de Lune qui gémit sas vraiment l’écouter. Il faudra d'abord parvenir à retirer la pointe sans aggraver la blessure: cela pourrait sinon entraîner la mort de Lune. Kenjeke cherche Ulap du regard, mais elle ne le voit pas. Tant pis, elle ne peut pas attendre sinon Lune mourra, elle doit tenter sa chance.
Une pointe de flèche faite pour la guerre possède des barbes, ce qui la rend très difficile à retirer : si on ne s’y prend pas assez bien, on déchire la chair [jet de first aid, en cas d’échec la victime reçoit ½ dommage de flèche supplémentaire]. Une pointe de chasse serait plus simple à enlever, mais ne reste pas sans risque [jet de STR vs. Dommages, 1d3 hp en cas d’échec]. Lune a de la chance, Kenjeke a tiré une flèche au hasard et il s’agissait d’une flèche de chasse [jet de POW réussi]. Kenjeke empoigne la hampe de la flèche et tire. Mais la flèche résiste : elle est coincée entre deux côtes. Lune pousse un dernier gémissement très faible et devient inerte. Kenjeke rassemble ses forces et tire à nouveau d’un coup sec. La flèche se décoince et ressort de la plaie. Il s’agit alors rapidement d’éviter que Lune ne se vide de son sang ou que la plaie ne s’infecte. Kenjeke s’y applique mais ne parvient pas à réduire la blessure. Geche-Yuz vient à son aide : le guerrier a soigné nombre de ses compagnons et possède une certaine expérience. Il déchire la tunique de Lune, nettoie la plaie avec du koumiss et fait un bandage propre avec des lambeaux de vêtement. Ses soins et la piqûre de l’alcool font reprendre connaissance à Lune qui vous regarde d’un air étonné. Kenjeke peut alors lui répéter son discours.
Il y a encore deux Tölächs à examiner. L’un est blessé mais conscient, tenu en respect par Jebe-Tsenkher, l’autre allongé inconscient après un rude coup de sabre d’Arslan. Les autres sont morts ou enfuis.

Kenjeke 02/05/2014 22:59

"Chacun son travail" dit Kenjeke en baissant son arme. "Et félicitations, je me demande quelle mouche l'avait piqué celui-là !", puis elle se retourne vers l'esclave qu'elle a blessée précédemment en se frottant le dos à l'endroit précis où elle a reçu une pierre. "Tu as vu ? Moi aussi je sais attaquer à distance et par derrière, mais mieux que toi on dirait..."

Toutefois c'est avec une relative douceur qu'elle entreprend de soigner sa prisonnière.
"Lève encore une fois la main sur moi et ta tête roulera à terre aussi sûrement que celles des hommes de ton clan..." Prévient-elle calmement. "Et pour être sûre d'être correctement équipée au cas où, je garderai ce sabre avec moi en permanence, puisse-t'il te rappeler que ma clémence est aussi vaste que ta prudence, mais pas plus !"

Kenjeke 02/05/2014 22:59

"Chacun son travail" dit Kenjeke en baissant son arme. "Et félicitations, je me demande quelle mouche l'avait piqué celui-là !", puis elle se retourne vers l'esclave qu'elle a blessée précédemment en se frottant le dos à l'endroit précis où elle a reçu une pierre. "Tu as vu ? Moi aussi je sais attaquer à distance et par derrière, mais mieux que toi on dirait..."

Toutefois c'est avec une relative douceur qu'elle entreprend de soigner sa prisonnière.
"Lève encore une fois la main sur moi et ta tête roulera à terre aussi sûrement que celles des hommes de ton clan..." Prévient-elle calmement. "Et pour être sûre d'être correctement équipée au cas où, je garderai ce sabre avec moi en permanence, puisse-t'il te rappeler que ma clémence est aussi vaste que ta prudence, mais pas plus !"

Maître Zit 02/05/2014 22:32

Geche Yuz menace le dernier guerrier Töläch. Arslan s'en approche en montrant la tête d'Enragé, dans l’intention évidente de l’attaquer. Kenjeke cherche un angle pour tirer sa flèche, mais les deux Türks la gènent.

D'abord hésitant, le guerrier attend, face à Geche-Yuz qui le somme de se rendre. Mais à la vue de la charge d’Arslan , il pousse l’uran de son clan et se rue à l’assaut.
[Ce guerrier a une alliance avec les ancêtres = allégeance ancêtres >20 de plus que toute autre allégeance + volonté de se consacrer aux ancêtres. Il réussit un jet d’allégeance (il a 35) qui l’incite à combattre pour la gloire des ancêtres, quitte à les rejoindre. Il a beau être hébété, il se défendra. Vous n’aviez qu’à le laisser tranquille. Il peut profiter des bénéfices de son alliance, à savoir son score d’allégeance comme bonus, 3 fois, soit +35%. Il choisit bien entendu d’augmenter son score au sabre qui est de 66 => il passe à 101 pour trois coups]
Arslan étant le plus agressif, le Töläch s’en prend d’abord à lui. Guidé par ses ancêtres, son sabre tournoie à une vitesse impressionnante et ses coups son précis. Il pare aisément les deux assauts de Geche-Yuz et d’Arslan qui a bien du mal à détourner la botte du Töläch. Nos deux héros Türks essayent surtout d’éviter les coups de leur adversaire, sans parvenir à le toucher. Geche-Yuz tente à à nouveau une botte, mais sa lame est vivement détournée par le guerrier dont la parade énergique fait sonner les lames –et affaiblit celle de Geche-Yuz-. Mais ce faisant, il offre une ouverture à Arslan qui en profite immédiatement. La lame du Töläch revient à une vitesse prodigieuse pour intercepter celle d’Arslan, mais pas suffisamment : le fil du sabre d’Aslan fait sauter les mailles de l’armure du Töläch et lui entaille profondément le flanc entre deux côtes, provoquant une giclée de sang noir sous la lumière blafarde de la lune.
Avec l’énergie du désespoir, le Töläch tente encore de vendre chèrement sa peau mais finit par succomber sous les coups des Türks enragés. Ses armes retentissent sur lui et sous son corps s’étend lentement une flaque de sang. Il a bien mérité de ses ancêtres, et vous aussi. Kenjeke reste un peu frustrée, arc en main.

Maître Zit 02/05/2014 15:44

AYU-KULAK À LA POURSUITE DES FUYARDS

Maître Zit 02/05/2014 15:58

[Il fait sombre, il est difficile de mener un cheval. Autant le fuyard que toi-même devrez faire des jets en oposition de "Ride" difficiles (x1/2). Un échec critique et c'est la chute. À chaque victoire du fuyard, la distance augmente d'un cran. À partir du 3ème cran, le fuyard est sauf. À 0, il est ratrappé. Il commence avec 1 d'avance]

Tu ratrappes assez vite le fuyard dont le cheval s'est un peu empêtrè dans les caillasses. Tu lèves ton sabre, mais il fait sombre et tu dois mener ton cheval [ta compétence sabre est limitée par ton niveau modifié de "ride"]. Mener les deux choses à la fois est difficile, et tu ne gênes que les mouches. Le Töläch en profite pour reprendre un peu d'avance. Vous zigue-zaguez entre les rochers, grimpez des côtes, louvoyez entre les escarpements : heureusement que le Töläch, habitué des lieux, te montre d'une certaine manière le chemin. Tu parviens à le rejoindre à nouveau mais pas suffiamment pour porter un coup. La cavalcade continue, la distance qui vous sépare fait l'acordéon. Une troisième fois, tu le rejoins. Cette fois sera la bonne espères-tu. Soudain, le cheval du Töläch trébuche. Tu es contre lui, de dos, une situation idéale. En rassemblant toutes tes forces, tu fais tournoyer le sabre en l'air : c'est peut-être ta dermière occasion. La lame siffle... et tranche d'un seul coup la tête du malheureux dont le corps reste accroché à un étrier. Paniqué par cet étrange fardeau, son cheval s'emballe, ballancant le corps inerte de droite et de gauche, heurtant les rochers, fracassant les os en répandant les tripes, dans un hénnissement poignant.

Bien fait pour le Töläch.

Maître Zit 02/05/2014 15:44

Nous allons séparer le commentaire en 2: un commentaire "Ayu-Kulak poursuit les fuyards" que seul Régis leira ainsi que les réponses correspondantes, et un commetnaire "Le dernier Töläch" pour ceux qui restent au camp face au gerrier Töläch. Bien entendu, vous pouvez lire tout ce que vous voulez, c'est votre choix si vous souhaitez laisser le suspens ou non.

Maître Zit 29/04/2014 16:03

Tout est assez confus. Malgré la pleine lune, il est difficile de se rendre compte de tout ce qui se passe ente les cris, les ombres qui courent en tous sens, les hennissements des chevaux, la poussière. Les Tölächs tentent de sauter sur les chevaux, poursuivis par un Ayu-Kulak qui crie l’uran de votre clan à tue-tête. Ayu-Kulak sait que les chevaux sans cavaliers n’iront pas très loin : mieux vaut se concentrer sur les Tölächs. Il parvient à attraper un cheval et lui saute sur le dos avec agilité et il s’en faut de peut qu’il ne puisse lancer le galop dans le mouvement et immédiatement rattraper un fuyard [à 01 près, dites-donc]. Après un bref coup d’œil, il avise un des guerriers déjà à cheval piquer des deux pour fuir, celui qui a menacé sa bien-aimée! Une folle poursuite s’engage dans la nuit, au mépris du danger d’un galop nocturne.

Kenjeke plante le sabre dans le sol pour ramasser son arc et encocher sa flèche. Lune tente de calmer un cheval pour y sauter. Pleine de rage envers cette impudente, Kenjeke bande son arc, vise la silhouette de la fuyarde, lâche la corde et voit sa flèche partir vers Lune… dans le vacarme ambiant, il lui semble entendre un gémissement féminin. L’ombre de Lune s’arrête, vacille un instant puis s’écroule.

Reste le guerrier le plus coriace qui cherche à arrêter un cheval. Geche Yuz fond sur lui. Le guerrier tente de fuir mais, après être suffisamment loin des autres, il décide d’engager Geche-Yuz.

Pendant toue cette agitation, Arslan retourne auprès du corps d’Enragé. Il abat son sabre sur le cou du chef Töläch. Un dernier jet de sang lui éclabousse les bottes : Enragé n’était donc pas encore mort. Arslan soulève fièrement la tête coupée pour la montrer à tous. C’est là qu’il constate l’absence d’Ulap. Ayu-Kulak a déjà engagé sa poursuite et ne peut pas être prévenu.

Jebe-Tsenkher ne sait où donner de la tête et surveille son prisonnier blessé prostré à terre.

Bilan provisoire :
- Lune et deux guerriers grièvement blessés sur le carreau
- Enragé mort
- Trois guerriers en fuite à cheval : la sentinelle déjà loin, le blessé de la veille, un guerrier valide mais désarmé après lequel galope Ayu-Kulak
- Un guerrier valide en armes à l’écart qui attend Geche-Yuz de pied ferme

De votre côté, Kenjeke a une blessure légère (pierre) et Ulap a disparu.

Kenjeke 29/04/2014 22:56

Kenjeke contemple la tête du chef Tölach avec un sourire mauvais "voilà l'Enragé, tu as voulu jouer avec les chiens-chiens, mais ils savaient mieux mordre que toi... Bien joué Arslan en voilà déjà un qui ne se vantera plus de nous avoir insulté !" Sur-ce, elle ramasse le sabre qu'elle passe à sa ceinture, tend son arc et le pointe sur le guerrier qui se prépare à affronter Geche-Yuz. Dès qu'il est possible de tirer sans estropier quelqu'un d'autre, elle lui tire dessus au mépris total de toutes les possibles règles viriles des duels entre guerriers.

Arslan 29/04/2014 22:38

J'attaque le guerrier valide en hurlant et en lui montrant bien la tête tranchée d'Enragé.

Maître Zit 10/04/2014 21:56

Tout va trés vite.

Du haut de ses 15 ans, Kenjeke tente de rassembler toute sa fierté, mais la situation est effrayante pour une jeune fille, et son visage montre son inquiétude. Elle se baisse pour ramasser le sabre alors que le guerrier fait un mouvement vers elle. Elle ne voit pas Lune dans son dos qui elle aussi s’incline pour ramasser une pierre.
Geche-Yuz, sans attendre, se rue vers Kenjeke en passant devant le garde du corps sans même le regarder. Celui-ci fait un écart mais ne tente rien face À geche-Yuz. Alors qu’Ayu-Kulak commence à l’engager, Ulap lui crie de le laisser, « il n’est plus dangereux ! ». [mieux vaut el dire sur le blog que sur mon email, Paul]. Arslan, suivant le mouvement de Geche-Yuz, court vers le dernier Töläch vraiment en état de combattre. Ayu-Kulak ne peut que suivre Geche-Yuz pour aller défendre sa bien-aimée. Car Kenjeke n’est pas en meilleure posture.

Mais face à elle, le Töläch interrompt soudain son mouvement et commence même à reculer, observant tout autour de lui d’un air perdu. « Celui-là non plus n’est plus dangereux » crie Ulap. Lune lève sa pierre et la lance sur Kenjeke qui ne la voit pas. La pierre heurte le dos de Kenjeke qui pousse un gémissement plus de surprise que de douleur. Mais Lune ne pourra pas lancer une deuxième pierre : Geche-Yuz bondit sur elle pour la ceinturer. Lune esquive tel le serpent du désert [01], et le lourd Geche-Yuz referme ses bras sur du vide. Lune en profite pour fuir, et tente de contourner Kenjeke qui porte maintenant le lourd sabre du Töläch.
Côté Töläch, c’est la débandade. Les survivants pas ahuris par Ulap se ruent vers les chevaux, d’abord sur les deux déjà sellés. Maos la sentinelle est déjà sur l’un d’eux. Ses compagnons l’interpellent, mais il n’attend pas et fouette sa monture. Ceux qui sont hébétés reculent aussi, mais plus sur leur garde. Le dernier Töläch vraiment valide tente de faire face devant Arlsan qui pourrait l’empêcher sinon de monter sur le dernier cheval sellé, mais il ne peut pas parer le coup du guerrier türk qui, d’un bon revers de sabre, lui entame le crâne. Le corps du Töläch s’affaisse et il perd connaissance, gisant dans son propre sang.
Un Töläch abruti fuit à cheval, deux sont plus ou moins grièvement blessés, deux autres gisent, vous ne savez pas s’ils sont morts ou seulement presque.
Deux sont abrutis dont un désarmé. Ils reculent de plus en plus vite et vont probablement simplement fuir.
Lune est finalement la seule indemne et court vers les chevaux. A propos des chevaux, ceux-ci, effrayés par le tapage, commencent à s’égayer dans la nature, certains suivant même le fuyard à cheval.

Arslan 16/04/2014 10:10

[HORS JEU] Je vais être offline jusqu'à samedi.

Kenjeke 11/04/2014 15:51

Kenjeke ramasse son arc et menace soit Lune, soit le Tölach hébété dont elle a le sabre. Si ils fuient et qu'ils peuvent servir de cible sans blesser un Türk, elle tire avant qu'ils ne disparaissent dans la nuit.

Arslan 11/04/2014 10:13

Je m'acharne sur Enragé. Mieux vaut être sûr à 100% qu'il n'est plus en état de nuire.

Ayu-Kulak 11/04/2014 00:38

Je déborde d'adrénaline et donc je cours vers les chevaux, comptant au passage tirer Lune par les cheveux et lui donner un coup de poing, puis bondir sur un cheval et poursuivre les Tölachs et nos chevaux.

Maître Zit 09/04/2014 23:16

Le guerrier face à Enragé est son garde du corps, un guerrier expérimenté et équipé d’une armure de cuir.
Kenjeke roule doucement vers le guerrier endormi prêt d’elle. Lune ne se réveille pas. Les hommes se lèvent doucement, Arlsan silencieux comme un chat. Le guerrier près de Kenjeke grogne et entrouvre les yeux. Kenjeke ne lit pas sa surprise entre les fentes de ses paupières, mais elle sent qu’il s’est réveillé trop tôt. Il faut que les autres agissent maintenant.
Vous vous approchez du groupe des guerriers endormis, alors que la sentinelle s’éclipse doucement. Vous distinguez les silhouettes grises des hommes allongés. Mais dans le silence de la nuit, le moindre mouvement d’air s’entend, et certains commencent à bouger et tournent la tête vers vous. Alors que vous n’êtes pas encore arrivés, l’un d’eux crie pour alerter les autres. Il est temps de foncer. Hébêtés, vos ennemis n’ont pas le temps de vraiment se préparer, et vous pouvez frapper avec vos sabres alors qu’ils tentent de dégainer les leurs.
Agile comme une chatte, Kenjeke bondit sur le guerrier encore allongé, poignard levé, mais l’homme l’évite en roulant sur le coté. Dans le mouvement, il peut se relever mais il a laissé échapper son sabre.
Tout le monde, sauf Jebe-Tsenkher qui a choisi une autre cible et Ulap qui marmonne, se rue sur Enragé [tirage aléatoire car vous n’avez pas pu vraiment vous concerter]. Le guerrier couché auprès de lui est le plus dangereux, mais tous les sabres pointent vers Enragé. Dans la pâle lueur de la lune tombante, trois lames à l’éclat froid et blanchi par le reflet de l’astre s’abattent sur Enragé. Bien qu’ayant pu tirer son sabre, celui-ci reçoit les coups d’Ayu-Kulak d’Abord, puis Arslan et Geche-Yuz.
Kökök s’occupe d’un troisième guerrier qui ne peut que tenter en vain de parer avec son sabre mal tenu, encore assis sur son fessier. La lame lui entaille la poitrine profondément.
Ayu-Kulak, Arslan et Geche-Yuz sont debout, devant le corps inanimé d’Enragé-le-Rapide, face au garde du corps qui s’est maintenant levé et a tiré son sabre. Il regarde autour de lui, tenant de comprendre la situation.
Kenjeke est face à un homme, un peu seule avec son poignard.
Face à Kökök, un homme est prostré et se tient la poitrine d’une main.
Un des Tölächs, le plus en retrait, est prêt au combat et crie « Enragé, Enragé ! », d’une voix emplie de peur. Le Töläch blessé la veille se colle à lui, sabre tiré aussi.

Il reste donc:
- La sentinelle qui s’est éclipsée parmi les chevaux
- Le guerrier en retrait (valide)
- Le garde du corps (valide)
- Le guerrier face à Kenjeke mais sans arme (valide)
- Le guerrier grièvement blessé face à Kökök
- Le guerrier blessé la veille en retrait
- Enragé-le-Terrible inanimé, peut-être mort, peut-être sauvé par son armure de cuir
- Lune derrière Kenjeke (valide)

Ulap 10/04/2014 18:12

Devant la situation de Kenjeke, je décide de bêtifier son adversaire, Sa sécurité passe pour moi avant le reste, et a trois ils vont bien s'en sortir!

Kenjeke 10/04/2014 15:51

"L'essentiel est de ne pas montrer sa peur" pense Kenjeke. Elle est fille des chefs et de noble lignée, en face ce n'est qu'un vagabond en guenilles. Essayant de trouver de l'assurance dans son statut, Kenjeke tente de récuprer le sabre adverse ou du moins de le mettre hors de portée du Toläch, espérant qu'un guerrier, possiblement celui qui est sensé la protéger ne vienne la tirer de cette facheuse posture.

Maître Zit 07/04/2014 21:48

La lune gibbeuse est déjà levée lorsque la nuit tombe brusquement. Les collines sèches semblent comme blanchies par l’astre dont la rousseur s’éclaircit au fur et à mesure de son ascension. Une ombre chasse l’autre. La fraîcheur surprend ceux qui n’ont pas encore revêtu leurs tuniques. Un des homes évalue la tension de son arc et finit par le passer à la chaleur du feu pour lui redonner sa rigidité originelle. Kenjeke s’occupe du feu des guerriers.
L’endroit du bivouac est ressemble à un petit cirque d’une 20aine de mètres de diamètre. Un des côtés remonte en pente douce. Là sont les chevaux et là arrive puis repart la piste des caravanes. De l’autre côté, le terrain est plus accidenté et un petite source suinte.
Les chevaux sont entravés, sauf deux qui restent sellés. Un des Tölächs est désigné pour monter la garde “et surveiller les chevaux”. 13 personnes comme en comportent vos deux groupes réunis autoriseraient deux gardes, mais Enragé-le-Rapide ne vous sollicite pas. Les Tölächs restent en groupe, leurs sabres droits d’un côté et leurs arcs bandés de l’autre (les arcs restent le plus souvent bandés, c’est assez normal), et la selle à la tête, plutôt du côtéd es chevaux, plus ouvert. Pour des Nomades, ces précautions ne sont pas surprenantes.
Comment vous placez-vous ? Comment vous préparez-vous ?

Ayu-Kulak 09/04/2014 23:08

je fais les gestes, mais surtout je ne vais pas me lever pour faire l'ombre chinoise devant le feu: je vais ramper, doucement silencieusement. Mon objectif c'est de mettre ma main gauche sur la bouche d'Enragé pour l'empêcher de crier et lui tirer la tête en arrière, et de l'égorger vite fait et grossièrement (genre "sourire kabyle") avec la dague (le sabre c'est encombrant). Bon c'est sûr, ça risque de faire "GORGL".

Toutefois, comme indiqué plus haut, s'il y a un bruit etc. je bondis sur lui. :)

Maître Zit 09/04/2014 13:28

[je ferai quand-même un jet de chance pour savoir si vous avez bien tous compris ou au moins bien vu les gestes discrets d'Ayu-Kulak sans se lever. J'essaie de régler ca ce soir.
tadaaaaam !]

Ayu-Kulak 08/04/2014 22:57

[Bon on dirait que Arslan a raté son jet d'endurance, il déclarait qu'il ne dormirait pas, puis maintenant il ronfle ;)]. Je fais signe à Ulap ou Kenjeke - le plus proche d'Arslan et de KöKök, de les réveiller. Sans me lever, je fais signe à Geche-Yuz que nos cibles sont Enragé et le guerrier qui lui fait face, et que nous ne les quitterons pas des yeux. Très lentement, sans quitter Enragé des yeux, je me lève. Dés qu'il y a un bruit ou un mouvement qui peut laisser penser qu'un des Tölächs ne dort pas et se rend compte de notre petit manège, je n'attends pas et me jette sur Enragé pour l'égorger. Ceci sera le signal! >:)

Maître Zit 08/04/2014 19:22

[les règles, on ne fait ce qu'on veut. La seule vraie règle reste le plaisir dans la vraissemblance. J'attends le sinterventions des autres. Pour Geche-Yuz, ma question était de savoir si tu voulais aussi le jouer quand son rôle devient important. Comme pour cette scène où il y a des coups à donner. Sinon, il restrera dans l'ombre de Kenjeke, aux ordres de son chef Ayu-Kulak. Avec Ulap en plus, la voilà bien protégée !]

Kenjeke 08/04/2014 18:38

[Le meilleur guerrier du groupe pour me protéger ? Évidement que ça m’intéresse ! Désolé, nous avons composé nos messages ensembles du coup, le mien a l'air à côté de la plaque... Je recommence.]

Visiblement Kenjeke a du mal à trouver un sommeil profond... Dès qu'elle sent Ulap bouger, elle entre-ouvre les yeux, tourne doucement la tête feignant le sommeil et évalue l'état du Tölach tout proche proche. Si l'imprudent dort, elle lui enfoncera son poignard dans la gorge d'un geste sec et puissant.dès que les sentinelles seront hors d'état de nuir... à défaut de le tuer dans son sommeil, cela devrait l’empêcher de crier... [J'espère que les règles permettent de poignarder un ennemi endormi avec de bonnes chances de succès]

Kenjeke 08/04/2014 18:24

Kenjeke dort, si elle en est capable, Ayu-Kulak la protège, non?

Maître Zit 08/04/2014 18:22

Et bien vous vous couchez. Kenjeke s'allonge prêt de Lune, qui malheureusement s'est placée près de ses compagnons, bien que pas complètement au milieu. Ente les femmes et les Türks, il y aura un Töläch.

La nuit avance. Vous ne dormez, ou mal. Vous remarquez en général les changements de sentinelles. Elles observent plutôt de votre côté d'ailleurs. Les yeux sont lourds, la fatigue aidant. Il est difficile de rester éveillé. Ayu-Kulak se réveille soudain en pleine journée, tout seul. Il est dans le désert, un vent chaud qui ronfle dans ses oreilles soulève le sable et l'empêche de reconnaître l'endroit. Une silhouette apparaît: c'est Tchoyun. Il porte un énorme sabre avar et Ayu-Kulak se rend compte qu'il est attaché à un rocher. Le rocher se met à bouger... et Ayu-Kulak se retrouve la nuit allongé à côté d'Ulap qui lui donne de discrets coups de coude dans les côtes. Arslan ronfle à ses côtés. Ulap fait signe à Ayu-Kulak que c'est á lui d'agir: la sentinelle n'est plus ne mesure de reágir. Enfin, c'est ce qu'Ulap rpétendait hier soir.
Kenjeke a remarqué le mouvement d'Ulap. Elle est prête elle aussi, de même que Geche-Yuz.

[à propos de Geche-Yuz : il avait recu comme mission de la part de Yiran, pède d'Ayu-Kulak, de protéger Kenjeke sur sa tête. Loran, si tu veux, tu peux gérer Geche-Yuz un peu comme une suivant qui donnera du muscle à Kenjeke et te permettra d'intervenir dans les phase plus combatives. C'est le meilleur guerrier en mêlée du groupe. Dis-moi si ca t'intéresse]

Arslan 08/04/2014 11:04

Je ne dors pas. Au vu du nombre d'adversaires potentiels, c'est trop risqué.

Ulap 07/04/2014 23:10

Bien, et bien j attends que tout ce petit monde s'endorme... Un de nous monte t il aussi la garde? Si mes tentatives de cretinisations peuvent se faire silencieusement, alors je les faits depuis mon couchage, au deux tiers de la garde (on as une idée de la durée grâce a la nuit précédente). Si cela ne peut pas être fait silencieusement, je me lève pour pisser, toujours aux deux tiers, en grommelant contre ma santée capricieuse et mon grand âge... Et sproutch! Une fois cretinisé, je réveille Ayu kulak en premier, toujours prêt a cretiniser un deuxième larron, ou a en remettre une couche. En réveillant les nôtres, je les préviens que l'effet est temporaire et d'une durée aléatoire...

Kenjeke 07/04/2014 22:56

Kenjeke reste dans les environs de l'esclave qu'elle doit maitriser, comme elles sont les deux seules femmes ca ne doit pas paraitre trop suspect.

Ayu-Kulak 29/03/2014 05:10

Pendant le voyage, Ayu-Kulak en profite pour se glisser innocemment vers des membres du groupe "à mon signal, on les attaque. Fais passer.". à Ulap il ajoute "neutralise Enragé." Une fois assuré que Ulap est informé, Ayu-Kulak attend le meilleur moment pour déclencher l'attaque - tout en discutant avec Enragé de la meilleure tactique blablabla. Quand le moment est propice, ou que Ayu-Kulak juge que les Tölächs commencent à s'interroger, "Par Tengris, à l'attaque!" et Ayu-Kulak jette son cheval sur Enragé!! :)

Maître Zit 05/04/2014 12:12

[ca existe. Perform [acting]. Je le retiens]

Kenjeke 05/04/2014 08:54

"Concentre-toi sur ton devoir, Ayu-Kulak, garde la tête froide rapporte-moi toutes celles de ces chiens de Tölachs et je t'offrirai une surprise..." le refroidit et l'encourage tout à la fois Kenjeke. "Quant à cette esclave j'en fais mon affaire" ajoute-t-elle en attachant autour de sa taille une ceinture supplémentaire destinée à servir de liens dès que possible..."

Sinon Kenjeke, apparemment soumise et presque stupide, circule entre les hommes pour servir à manger en amadouant les Tölachs et passe les consignes d'Ayu-Kulak aux siens.

[Si un jour on a des XP, faudra que je monte Performance, ça va devenir une comédienne de première...]

Ayu-Kulak 04/04/2014 20:01

Bah durant les phases de câlins avec Kenjeke (pas pseudo-, de mon côté), je lui fais "joue la comédie ma chérte. Et je compte sur toi pour mater ton esclave à mon signal"). Puis je m'explique à Enragé: "elle est nerveuse, et je partage sa nervosité. En effet, nous sommes connus de la caravane, puisque nous étions ses gardes. C'est pourquoi nous nous masquerons lors du raid. Et nous ne voulons pas de rançon... quoi que... nous en aurions besoin... (air pensif). Bon, nous nous masquerons aussi lors des négociations , ah ah ah!" et je mange de bon coeur, car il va nous falloir des forces pour massacrer les Tölachs...

Maître Zit 04/04/2014 17:07

Certains, s'ils ne voient pas ses yeux baissés, remarquent comment Kenjeke marmone sur sa monture, comme invoquant les üörs les plus méchants ou les malédictions des Aiyy. Durant ses phases de pseudo-câlins, elle peut échanger des infos avec Ayu-Kulak : ces deux persos pourront tramer des plans plus complexes. Pour les autres, vous parvenez surtout à échanger de très rapides idées alors que vous vous occupez des chevaux. On considèrera que vous en savez déjà assez.

Les Tölächs sont méfiants et vous laissent peu le loisir de comploter. Au bivouac, leur sentinelle sera plus là pour vous surveiller que pour garder les alentours. Il y a toujours au moins deux chevaux sellés non entravés.

Je vous rappelle que vous avez un petit troupeau de chevaux avec vous.

Vous paseer par à un bon emplacement pour une embuscade: le chemin est étroit, ce qui empêche une grande caravane de se mettre en rond et on peut rester sur les collines pour voir venir de loin. Il est possible de lancer des charges par derrière en passant par un chemin de traverse. Vous montez votre bivouac plus loin, près d'un point d'eau.
Le soir les Tölächs semblent plus affables, mais on sent que c'est un peu forcé.
Enragé-le-Rapide vous rappelle que sans guide, bien des dangers vous guètent en chemin. Et puisque le caravane est encore loin, vous aurez demain tout loisir de préparer l'embuscade. "L'endroit que nous avons passé est idéal pour une embuscade, mais je pense que la caravane fera halte ici-même, à ce point d'eau. l'endroti n'est pas mal non plus et permet de se cacher dans les rochers. Nous pourrions y tenter un action de nuit pour éviter trop de dégâts. Et je pense que nous pourrons les convaincre de rendre les prisonniers plus une rancon en plus pour vous après une simple demonstration de force. En plus de nuit, on ne vous reconnaîtra pas. Qu'en pensez-vous ?"

Pendant ce temps, chacun prépare son casse-croûte : les Tölächs sont partis sans tente. On sort les petites marmites individuelles oud e sbouts de fromage et on prépare un feu. Certains jettent des boyau séchés dans l'eau chaude puis les ressortent. Ils entailleront la jugulaire des chevaux pour remplir le boyau de sang avant de le refermer et de le faire bouillr dans les mini marmites. Ca fera du boudin.

Kenjeke 03/04/2014 11:08

De toute façon, malgré ses sourires soumis et son regard baissé, tous ceux qui ont côtoyés Kenjeke devinent qu'elle fulmine et ne pense qu'à voir ceux qui les ont insultés, morts avec les tripes offertes aux corbeaux.
Elle se tient prête à toute initiative et tous voyagent tous depuis assez longtemps avec elle pour savoir qu'elle sait tenir son cheval [Ride 81%]. Elle cherche un moyen de se rendre utile comme empoisonner leur viande ou voler une arme qui manquera au moment décisif. En tout cas, elle met toute sa compréhension des autres [Insight 57%] à deviner les intentions des Tölachs et à endormir leurs soupçons...

Arslan 03/04/2014 10:06

[Hors Jeu] Effectivement on ne peut pas considérer que les persos aient le luxe de faire des conciliabules. Laissons plutôt une part d'imprévu, gérée par le MJ !

Ayu-Kulak 01/04/2014 21:35

[je suis un simulationniste dans l'âme si vous n'avez pas encore compris... ;)] Nos persos ne peuvent pas s'être permis de faire des plans et des conciliabules pour ne pas éveiller les soupçons. Après, soit on arrive d'abord au "lieu de l'embuscade" et on s'installe et donc bivouac et attaque nocturne; soit on rencontre d'abord la caravane et alors à l'attaque. Dans tous les cas Ayu-Kulak est à l'affut du bon moment pour une attaque surprise, qui peut survenir n'importe quand.

Ulap 01/04/2014 20:23

L'esprit de peur reste en réserve, et ne sera envoyé que si la situation dégénère, si les sorts ne suffisent pas, Celui pour l'invisibilité est prêt par contre au début de l’action, pour protéger Kenjeke si besoin,

Maître Zit 01/04/2014 11:43

[je suis en déplacement alors j'aurai du mal à régler ca avant mon retour]
L'idée d'Arslan n'est pas bête car justement grâcw au mensonge d'Ayu-Kula, les Tölächs pensent la caravane plus lion. Donc quand elle sera proche, Ils ne seront pas encore prêts à l'attaquer. Vous risquez en fait de la rencontrer lors du 2ème bivouac, ce qui ets un peu trop tôt !
Ulap, ton esprit reste en réserve ?

Ulap 31/03/2014 17:54

Oui, J'espère qu'il a de bonnes raisons... Ulap lui a jeté un regard Noor quand il a entendu ce mode d'action... Mais dun autre côté, c'est sûrement le moins dangereux pour Kenjeke, alors...
(Je m'apprête donc a en désorienter un, puis a préparer un deuxième effet indentique sur celui qui serait le plus menaçant, et je tiens en réserve la capacité de faire disparaitre Kenjeke de la vue de tous, ce que je me suis arrangé pour lui dire auparavant pour qu'elle ne soit pas surprise le cas échéant)