Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
wos-rpg.over-blog.com

À LA RECHERCHE DU MOINE PERDU

10 Février 2015 , Rédigé par Maître Zit Publié dans #Troisième Acte

C'est mieux ?

C'est mieux ?

Wang et un Tokharien
Wang et un Tokharien

Le juge prend l’air satisfait. « Profitons de la lumière pour nous préparer. Le juge prépare quelques sauf-conduits [Ayu-Kulak ne sait pas ce qu’est un « ordre de réquisition »…] pendant ce temps. Puis nous devons commencer les recherches tant qu’il fait encore jour : Tengri seul sait combien de temps le moine restera vivant !].

Une fois à cheval, vous retrouvez Bir-Bilek, l’acolyte et le garde à la porte de la ville. Vous vous dirigez vers chez Itariye pendant que l’acolyte vous explique plus en détails où ils en sont.

Ils ont interrogé les riverains, dont certains ont bien vu passer une charrette sur la route de l’Est tôt le matin avec ce qui pourrait être un cercueil. Il y avait 2 cavaliers et un gars qui menait la charrette. Mais il n’y a plus de témoignage sur la route de l’Est à partir d’un certain moment. Ils n’ont malheureusement pas eu le temps d’enquêter plus. Donc ou bien la troupe a changé de chemin, ou bien elle s’est arrêtée et cachée, ou bien pas de chance, personne ne l’a vue.

Itariye a l’air étonné de votre présence avec l’acolyte, mais accepte de vous aider. « Il veut bien aider à chercher mais ne veut pas combattre : il est guide » précise Bir-Bilek.

[À partir de maintenant, il sera sous-entendu que les paroles des PJ sont, sauf avis contraire, traduites par Bir-Bilek]

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maître Zit 22/05/2015 17:40

Vous pouvez aussi remonter la charrette que les brigands avaient démontée pour la cacher dans le passage. Vous avez hérité de 3 chevaux de piètre qualité, mais l’un au moins peut tirer la charrette et ainsi transporter ainsi le foin, les vivres et l’eau.

Le garde bougonne, il aurait bien aimé rapporter un coupable au juge. Il insiste alors pour passer par la rivière pour rentrer, suivant ainsi les traces des chevaux pour voir où elles mènent et si certains ne se sont pas séparés de la troupe.

Les traces des chevaux sont faciles à suivre sur le sable brûlant. Toutes mènent vers la rivière à quelques km de là. Bien moins fringante qu’à Kumul, la rivière serpente entre dunes et sol dur, alimentant difficilement quelques très rares herbes dans cet océan de sécheur. Vers le sud, elle s’étale en un marais saumâtre au milieu duquel se cachent quelques oiseaux et où elle finit de s’évaporer. Elle est guéable quasiment partout : d’ailleurs les traces montrent que les brigands l’ont passée. Il n’y en a pas de l’autre côté, ils ont probablement marché prudemment dans le lit de la rivière, alors vous ne savez pas où est passée la troupe, encore complète au moment de traverser. À part en ratissant, il n’y a pas de moyen de suivre les brigands plus loin.

La voie du retour longe simplement la rivière. Le garde remonte rive droite (ouest) avec Bir-Bilek pour repérer d’éventuelles traces. Le marteau su soleil tape fort sur l’enclume du sable, ce qui vous donne un avant-goût pas très enthousiasmant de ce qui vous attend sur le chemin de Hanxi. Mais les premières traces visibles e chevaux apparaissent une fois arrivés à l’oasis, sans pouvoir déterminer s’il s’agit des brigands car elles sont visibles au niveau d’une prairie où des chevaux paissent. Les arbres et l’irrigation (bizarre cette manie de creuser des ruisseaux tout droits partout !) vous apportent un semblant de fraîcheur.
Au temple, c’est la joie. La caravane est déjà prête, les bêtes sont encore réservées, vous êtes bénis et on fera des prières au Bouddha pour vous –ca ne peut pas faire de mal d’avoir la protection d’un esprit, même étranger. Le juge est partiellement satisfait car il aurait aimé que vous attrapiez aussi Chen, mais bon, il devrait y arriver sans vous ! Vous aurez vos laissez-passer.

Si vous voulez encore régler quelques affaires, c’est le moment, car l’épisode suivant devrait vous conduire –enfin- chez les Wei !

Maître Zit 27/05/2015 13:30

'Y a qu'à d'mander

Ayu-Kulak 26/05/2015 23:11

Rien de différent que ce que nous conseille le guide. Que le chapitre suivant commence! :)

Maître Zit 19/05/2015 08:59

[Paul répondant par ailleurs sur son téléphone, je présume qu'il n'est pas très dispo]
Dans les pots, il y a des herbes -probablement inoffensives- et une poudre qu'Ulap ne peut pas identifier. Pour Wang, ils ont été oubliés dans la précipitation. les Taoistes ont toujours des tas de poudres et potions sur eux.

Profaner des tombes, selon vos croyances, pourrait peut-être faire venir les morts pour les défendre, les esprits balbal qui les gardent ou attirer des üörs, mais ce n'est pas certain. En tout cas, ce serait une profanation des ancêtres des Kumuliens, insulte supprême pour un nomade. D'un aute côté, ce ne sont pas des Türks et les tombes ont déjà été visitées, alors vous pourriez vous en foutre.

Sinon, aucune trace de qui que ce soit: apapremment, Chen et peut-être les brigands aussi vous ont roulés dans la farine. Le Garde peste. "Il n'est pas content" dit Bir-Bilek. "Il dit qu'on n'aurait pas dû les laisser partir et que maintenant il faut leur courir après. Pourtant, il les a bien tous regardés, tous les 7, il n'y avait pas de Han parmi eux !"

Ayu-Kulak 21/05/2015 23:01

"bon c'est pas que je m'impatiente mais... Weng a utilisé sa magie pour changer son visage (c'est plus facile que devenir invisible) et s'est enfui. on a récupéré Chang, on a aucun blessé, ..., chang nous assure que Weng ne ramènera pas les esprits des morts... et on est innocentés! Embarquez la nourriture, on rentre !"

Maître Zit 20/05/2015 20:50

Dehors, il n'y a pas de traces très discernables vu le passage. Geche Yuz pense que si le gars avait effectivement des chaussures plus fines, ce que confirme Wang, et qu'il s'était enfui après le départ des brigands, on pourrait éventuellement voir ses traces. Or, vous n'en voyez pas. Donc il est peut-être parti avant...ou pendant. Ou alors vous n'avez pas réussi á trouver ses traces, c'est possible aussi. Ou il a volé.
Jebe Tsenkher se souvient qu'un des brigands était habillé moins grossièrement, avec des chaussures plus fines. Mais il avait bien une face de Tokharien ["caucasien" comme diraient certains], pas de Wei ni de Tabgach [mongoloides].

Arslan 20/05/2015 17:08

Le bougre n'est peut-être pas très loin... Est-ce qu'il y a de meilleures traces à l'extérieur ?

Gianni 20/05/2015 17:07

Alors là, ça dépend tellement des écoles bouddhiques. Je pense qu'un gros tas de cadavres auxquels on fout le feu en récitant des sūtra sera tout-à-fait acceptable mais, effectivement, hors de la grotte elle-même.

Maître Zit 20/05/2015 13:33

[Gianni, qu'en pense un Bouddhiste ? Il incinèrent leurs morts, mais selon des rites précis, alors un Bouddhiste serait peut-être d'accord si on suit bien tous les rites ?]

Wang est de toute façon plutôt pour laisser les gens gérer leurs morts selon leurs rites et voit moralement d'un mauvais œil de profaner des sites funéraires même non bouddhistes. Il ne croit pas u instant que des morts pourraient se réveiller, la quête de Chen était vaine. Par ailleurs, il se désole des dégâts que pourrait faire un feu sur les restes de peintures sur les parois de la grotte. Il pourrait peut-être se laisser difficilement convaincre si on faisait ca dans les formes, mais avez-vous ce qu'il faut ? [pièces dans la bouche, couche de cire sur el visage, etc. Gianni peut nous aider sur ce point]. Certaines tribus nomades incinèrent leurs morts aussi, alors pourquoi pas faire vos rites à vous. En général, les morts doivent avoir ce qu’il leur faut pour vivre dans l’au-delà : un arc et 7 flèches, des animaux (sacrifiés), des provisions. Ca va être le plus dur…

Ayu-Kulak 20/05/2015 07:51

Qu'en pense Wang, de mettre le feu aux cadavres?

Maître Zit 19/05/2015 17:56

Les traces ont été largement piétinées par vous-mêmes et on n'y voit goutte dans cette caverne. Tu vois cependant des traces autres que des bottes nomades, de grosses chaussures et des plus fines. Mais tu ne peux plus en déterminer la direction ni l'âge à cause de vos propres empreintes.

Cependant, en inspectant la robe, tu percois son odeur de sueur. Elle est même encore un peu humide à l'intéieur, notamment sous les bras : elle n'a pas été enlevée il y a très longtemps. Il y a 5 mn ou 1 heure, tu ne saurais le dire.

Arslan 19/05/2015 10:58

J'ai Track 30% (pas terrible). Y a moyen de reconnaître des traces qui seraient différentes de celles des nomades (les Han ont des chaussures, alors que nous les nomades avons des bottes) ?

Maître Zit 14/05/2015 11:16

Armés de pied en cap, vous rejoignez le garde. Vous faites alors le tour de cette caverne mystérieuse, où des dizaines de corps desséchés reposent depuis des générations dans leurs alcôves. Certains gisent au pied des parois dans des positions grotesques, voire en plusieurs morceaux : des pilleurs de tombes sont passés par là, et certainement il y a déjà longtemps. Pourvu qu’il ne reste pas de balbals [pierres figurant els ennemis tués par le mort et contenant parfois des esprits protégeant les tombes]. Vous trouvez par terre des lanières de cuir, deux pots de terre scellés, une couverture miteuse. Mais pas âme qui vive. Cherchez vous plus en détail, par exemple dans les alcôves ?

Ayu-Kulak 17/05/2015 23:00

"Bon, Kenjeke est contre brûler les cadavres (notez, on peut déclencher un incendie ici, cela pourrait peut-être même faire s'écrouler la caverne). Qu'en pensent les autres? Wang, Ulap? Et Ulap il y a quoi dans ces pots?

Maître Zit 17/05/2015 21:32

Wang reconnaît le tissu en boule comme étant la robe de l'ignoble Chen. PEedant que vous examinez la robe, Ulap ferme les yeux et commence une danse en psalmodiant des trucs bizarres et en tapant sur son tambour. Il s'arrête au bout de quelques minutes pour déclarer que sauf erreur, il ne percevait pas de présence d'esprit autre que les vôtres dans les parages.

Kenjeke 17/05/2015 07:57

"Partons, c'est mal de déranger les morts..." Fait Kenjeke effrayée. "Nous avons eu ce que nous cherchions, n'abusons pas de la chance."

Arslan 16/05/2015 23:48

Y a rien de caché dans le tissu mis en boule ?

Ayu-Kulak 16/05/2015 11:57

(on est venus, on est tous là. Wang est avec nous pour nous aider à reconnaître Chen. Bir-Bilek et le caravanier gardent la sortie, avec l'ordre de crier si le magicien essaye de sortir).

"mmh pourquoi se débarrasserait-il de ses vêtements... Peut-être qu'il veut se rendre invisible!"

"-Ulap, que peux-tu contre les hommes invisibles? -Bir-Bilek et (Caravanier), bouchez physiquement la sortie!"

Si Ulap ne peut rien, on va secouer toute la poussière pour voir si une certaine poussière ne tombe pas au sol. Si on ne le trouve pas, c'est qu'il s'est déjà enfui, et dans ce cas on bouche la caverne, soit pour l'y enfermer, soit pour l'empêcher d'y accéder.

Autre idée : si son projet est de se faire une armée de morts-vivants, alors on peut faire un bûcher avec (ils sont secs, ça devrait bien brûler) ;) Reste à savoir si notre religion nous le permet. Ulap ferait des cérémonies, bien sûr.

Je file les pots de terre à Ulap pour qu'il les examine. Je ne tiens pas à relâcher des esprits démoniaques... :/

Maître Zit 14/05/2015 22:28

L'air est très sec, pas la moindre odeur de moisi ou d'humidité. Il est aussi immobile, tu ne sens pas de courant d'air. L'odeur de vos torches est pratiquement la seule identifiable. Les lanières et les pots ne sont pas poussiéreux. Les pots sont bine fermés et ne dégagent pas d'odeur particulière.

Vous regardez (en tout cas Arslan regarde) dans les alcôves. Le garde fait de même. Les corps sont momifiés, comme de la viande sèche. Leurs cheveux sont encore présents, en général longs et clairs, voir blancs pour certains. Il y en a de plusieurs tailles, leurs vêtements sont encore visibles mais leurs couleurs ont quasiment disparu, ternies par l'âge et la texture est rigide. Certains corps sont plus petits et sont peut-être des femmes. Aucun bijou ou accessoire précieux n'est visible. Derrière l'un d'eux, Arslan découvre un tissu mis en boule. Ses couleurs sont vives et sa texture qu'Arslan peut doucement verifier du bout des doigts est souple : ces tissus sont récents.

Arslan 14/05/2015 12:04

Un petit Sense 45% avant d'inspecter les alcôves.

Maître Zit 13/05/2015 10:50

Geche-Yüz vous confirme que les brigands sont maintenant hors de vue. Ils sont partis vers l'Ouest. Logique dit Bir-Bilek, c'est là que coule la rivière qui traverse Kumul.
Pour faire du feu, vous pourrez utiliser le foin sec à côté duquel vous trouvez un peu de bois rassemblé par les brigands, mais si ca suffira pour faire s’écrouler un bout de falaise, ceci est très incertain. La matinée est maintenant bien avancée, la chaleur est déjà écrasante.
Le garde vous regarde d’un air perplexe ôter vos armures et interroge Bir-Bilek qui vous traduit ses paroles apparemment vives. « Il n'approuve pas l'idée et ne veut pas y participer. Il dit que si le gars est là-dedans, on va le chercher car il faut l’interroger. Il dit qu’on ne va tout de même pas avoir peur d’un mec tout seul, que lui il ira et que quelqu’un le couvre en cas de coup fourré » et il désigne –au hasard- Arslan. Il se fabrique une torche et pénètre à son tour dans les cavernes. Il crie des trucs (il demande à Chen de se rendre vous indique Bir-Bilek). Il pénètre dans la deuxième caverne aux morts, arme au poing, en faisant signe à Arslan de le suivre.

Ayu-Kulak 13/05/2015 19:28

"C'est vrai que le juge attend qu'on le capture. fabriquons-nous des torches aussi. Par contre, on y entre armés et surtout armurés de pied en cap." Je dis aux gardes de nous attendre, sinon il fera face (seul) à un *sorcier* contre lequel son courage ne suffira pas.

Maître Zit 13/05/2015 14:42

(moi aussi, j'étais à 2 doigts d'annuler mon commentaire :) Mais ce n'est pas fini)

Arslan 13/05/2015 13:22

Minute... Peut-on faire confiance à ce gars ? Si le groupe considère que oui, alors j'y vais aussi (mais j'aimais bien l'idée d'emmurer notre adversaire).

Maître Zit 11/05/2015 13:07

Vous resortez de la caverne et la lumière vous aveugle un moment. Wang vous observe d'un air interrogatif. "Mais, vous n'avez pas touvé Chen dans la caverne ?"

Arslan 12/05/2015 23:02

Ça me plaît !

Ayu-Kulak 12/05/2015 22:10

"non j'ai un truc pour le faire sortir... ou mourir. Faisons la chaîne entre l'éboulis et la partie la plus étroite des passages, et l'emmurer vivant dans la grotte, ah ah ah! Kenjeke peut surveiller qu'il ne tente pas de faire une sortie en attaquant le dernier bâtisseur. On peut aussi faire un feu dans les interstices au-dessus de la sortie de la grotte, pour faire s'écrouler le plafond."

Arslan 12/05/2015 16:42

On va faire comme l'a suggéré Ayu-Kulak. On s'en va ; l'autre de toutes façons n'a rien. S'il nous cherche noise en terrain découvert, il ne va pas être déçu.

Maître Zit 12/05/2015 08:47

[Qu'est-ce que TU racontes]

"Mais il était encore là, avec moi, quand vous êtes intervenus ! Il a même discuté longtemps avec le chef, mais c'était à voix basse et, je crois, en Sogdien, alors je n'ai pas compris."

Ayu-Kulak 12/05/2015 00:04

"Mais qu'est-ce que vous racontez?!" (c'est le client, je lui montre du respect) "vous avez eu le bandeau trop longtemps sur les yeux??"

Maître Zit 09/05/2015 15:01

Pendant qu'Ayyu-Kulak fabrique une lampe avec le bol, Arslan écoute dans les ténèbres. Il n'y a pas le moindre bruit.
Le passage haut et étroit ressemble à l’entrée. Il fait deux pas de long et ses parois sont peintes elles aussi. Il débouche sur une caverne plus vaste que la première, puisque la faible lampe d’Ayu-Kulak n’en éclaire pas le fond. Vous devez faire le tour en longeant les parois pour bien voir ce qu’il y a.

Ayu-Kulak remet du foin dans le bol.

Les murs sont peints de motifs un peu mieux conservés, décrivant des scènes paisibles de la vie. Aie ! Le bol est brûlant Ayu-Kulak doit s’envelopper la main. On rallume. Les parois sont percées touts les 5 -6 pas environ d’excavations basses et larges d’environ 3 pas, les unes au-dessus des autres par 2 ou 3. Sans toutes les voir, si la caverne complète est excavée ainsi, il doit y en avoir des dizaines. Sur le sol gisent des pierres en désordre. Il y a quelque chose dans ces alcôves. Lorsqu’Ayu-Kulak approche la flamme, il découvre un corps humain tout sec, vêtu de hardes poussiéreuses et dont les orbites caves semblent le regarder. On dirait même que son visage a frémi, ou bien n’était-ce que l’effet de la flamme tremblante ?

Ayu-Kulak 10/05/2015 23:05

"b-bon, nous a-avons vu ce que n-nous voulions voir, et j'ai f-froid. Allons nous-en. On va essayer d'intercepter Chen avant qu'il ne tombe sur les traces de la noria de nos 8 chevaux. mais je n'en fais pas une condition : nous avons notre propre mission. Retrouvons Wang. De toutes façons, sans les parchemins et sans Wang, il va croire qu'il ne peut rien faire. Et alors, soit on en entend plus parler, soit il va nous suivre et on va le crever. Faisons nos bagages, hardis compagnons!"

Maître Zit 09/05/2015 23:22

"Pour vous protéger de quoi ?" demande-t-il. "De la magie Chen ?"

Arslan 09/05/2015 22:56

Bon ça me rassure pas, tout ça. Il connaîtrait pas des formules magiques pour nous protéger, le moine ?

Maître Zit 08/05/2015 11:21

L’entrée de la grotte est plus haute que large. Vous remarquez immédiatement que les parois ont été sculptées en fausses colonnes de chaque côté, même si les sculptures sont un peu effacées par le temps. L’entrée s’élargit dans une caverne longue d’environ 10 pas. Les murs sont lisses. Ca sent la torche, même si aucune ne brûle. L’air y est aussi sec que dehors. Il vous faut un peu de temps pour vous habituer à l’ombre. Le sol sableux étouffe vos pas. Vous n’entendez pas le moindre bruit.
Vous commencez à discerner sur les parois des peintures effacées, sur lesquelles on reconnaît des silhouettes essentiellement humaines, et parfois de quadrupèdes. Dans un coin, à droite, un rocher a été taillé en cube de 1m de côté. Il est décoré de motifs géométriques sculptés. Il reste un bol et deux paquets de feuilles (de végétaux) fermés.

Le sol est meuble, et vos yeux exercés de chasseurs reconnaissent les traces d’une occupation très récente, ce qui n’étonnera personne. Il y a aussi 2 jarres remplies de provisions (fruits secs, céréales) et 1 remplie d’eau, et un gros tas de foin.

Au fond la grotte s’ouvre un deuxième passage qui s’enfonce dans les ténèbres. Là, il vous faudrait des torches.

Ayu-Kulak 09/05/2015 09:35

Je fabrique une torche à partir des morceaux de charette, ou bien une lampe à partir de foin dans un bol. Après tout, ce passage ne doit pas être profond...

Arslan 08/05/2015 17:54

Je me mets au niveau du 2me passage et j'écoute (Listen 54%)

Maître Zit 06/05/2015 08:55

Geche-Yüz part observer les brigands. Le premier endroit que vous explorez est naturellement le passage, puisqu’Ulap, le garde et Geche-Yüz y passent.
D’abord, vous n’y voyez goutte. La passage est sombre et vous venez de l’extérieur inondé de lumière. C’est un passage étroit mais assez haut, comme une fente dans le roc. Il fait un coude à droite (en sortant) dans lequel vous trouvez les pièces détachées d’une charrette : les roues, l’axe, quelques planches. Le corps de la charrette est dehors, les brigands s’étaient protégés avec quand vous les avez fait sortir. Une fois vos yeux mieux habitués à l'ombre, vous remarquez de surprenants motifs sur les parois. En y regardant de plus près, il s’agit de peintures effacées par le temps, sur lesquelles il vous semble reconnaître des gens.

Pendant ce temps, Wang répond aux questions d’Arslan (par le truchement de Jebe-Tsenkher). Il en ressort que « Wang ne se connait pas d'ennemis. Le Tuoba n’est pas vraiment un Tuoba. Les brigands sont des ignares. Ce Chen serait plutôt un Han, mais venant effectivement du royaume Wei. Wang l’a rencontré à Kumul il y a trois ans. C’est un magicien taoiste qui s’intéressait aux recherches de Wang et l’a retrouvé à Turfan à son retour et s'était déclaré son ami. Ce fou pensait pouvoir trouver la vie éternelle et contrôler la mort. Il pensait que Wang avait acquis des connaissances sur ce sujet à l’Ouest, à cause de ses recherches sur le Fó de Lumière qui est revenu de la mort. Si j'ai bien compris, Chen voulait tenter de réveiller morts qui reposent ici, dans les grottes, mais Wang pense qu'il est fou. Ils sont bizarres ces Han. »
Wang rajoute quelque chose qui fait froncer les sourcils à Jebe-Tsenkher [dès que Georges se manifestera, je cesserai de jouer son perso comme PNJ]. « Wang se demande bien ce que Chen mijote et espère que nous allons l’attraper dans les grottes. Avec sa magie, il pourrait bien trouver un moyen de s’échapper »

Kenjeke 08/05/2015 10:07

Kenjeke est curieuse comme une chatte et elle aime bien les desins. Elle essaye donc de comprendre les peintures...

Maître Zit 08/05/2015 09:11

"Mais non ! On renaît, parfois même pas comme être humain, mais un corps mort reste mort ! Et c'est la vertu qui décide de notre renaissance, pas la magie ! " Rire.

Arslan 08/05/2015 00:14

"Réveiller les morts ?! Est-ce que cela est seulement possible ?"

Maître Zit 07/05/2015 17:28

[le tutoiement serait plus approprié dans ce setting]
"Ben le Fó nous enseigne la compassion, alors je l'ai recu. Ah bon, il a drogué mon thé ? Enfin, le sien, car il a voulu me faire un don pour se faire pardonner sa lâcheté. En fait, si j'avais su que les pillards étaient ses complices, je me serais méfié !"
[j'essaie de vous faire la grotte dans la soirée]

Ayu-Kulak 06/05/2015 22:00

à Wang "comment avez-vous pu vous laisser capturer à Kumul par Chen? Il vous a rendu visite dans votre cellule dans le temple, la veille de notre départ, et vous l'avez reçu comme un ami? Et vous n'avez pas vu qu'il droguait votre thé"?

Bon; et les grottes à l'est , de quels trésors regorgent-elles? 8)

Maître Zit 03/05/2015 18:54

Les brigands se préparent un à un. Trois d’entre eux amènent d’abord leurs chevaux qu’ils équipent de mauvaises selles, à peine plus que des coussins de cuir rigidifiés d’armatures de bois. Les étriers sont des lanières de cuir voire de corde. Dans un silence pesant, ils apprêtent à monter et à quitter les lieux.
D’abord partent deux brigands, dont le blessé, voûté sur sa rosse au poil jauni, armé de son arc et vêtu d’une tunique de laine et d’un pantalon rapiécé, alors que sont compagnons possède un justaucorps rembourré (qui doit lui tenir chaud). À la sortie, le garde (que vous avez informé je présume, on ne va pas faire de post pour ca), observe bien tout ce petit monde, imprimant les visages dans sa mémoire. Ensuite le chef, avec son sabre, et un autre, sorti de la grotte, vêtu d’une tunique légère et moins usée et d’un meilleur tissu que les autres et armé d’un simple couteau. Puis suivent les trois derniers brigands, l’un armé d’une masse d’arme et coiffé d’un casque de cuir que celle de son comparse. Enfin, les trois derniers brigands (donc 7 en tout) quittent la place et se mettent au trot dès que possible car se sentant un peu isolés de leurs compagnons.

Il vous reste 2 chevaux, des hongres assez miteux. Il y a deux endroits à fouiller : le passage souterrain qui mène au canyon Nord et la grotte d’où tous sont sortis.

Maître Zit 12/05/2015 08:50

[Note: j'ai modifé ce commentaire plusieurs fois avant de le poster et il y a une répétition: il n'y a qu'un seul groupe de 3 brigands. + deux de 2 brigands ca fait donc bien 7 en tout]

Arslan 04/05/2015 23:05

Est-ce que Wang a des ennemis ? A-t-il une idée de qui est ce mystérieux Tabgatch (Tuoba) ?

Ayu-Kulak 03/05/2015 21:31

Geche-Yüz doit rester à la sortie et faire le guet.

Ayu-Kulak 03/05/2015 21:30

J'envoie Geche-Yüz à la sortie nord (je suppose qu'ils sont partis vers le nord) vérifier qu'ils sont bien partis et ne reviennent pas.

Pas de précautions particulières pour fouiller le passage et la grotte, sinon demander à Wang ce qu'il y a vu.

J'insiste bien auprès du garde sur le fait que les deux chevaux miteux seront remis au juge ;))

Maîtte Zit 02/05/2015 11:51

Tu poses trop de questions , l'ami. Tu demanderas au Tuoba si tu l'attrapes.

Maître Zit 02/05/2015 22:37

[malgré un socre en persuasion de 38] Ayu-Kulak ne parvient pas à extirper plus d'information du chef qui serre les dents et ne dit plus rien.

[la suite demain]

Ayu-Kulak 02/05/2015 16:24

"tu as bien mal choisi ton camp... nous sommes tous les deux payés pour nous battre, toi pour attaquer, et moi pour défendre, mais la différence entre ton groupe et le mien, c'est que nous ne sommes pas poursuivis par la Loi et le Juge... C'est pourquoi nous nous aurons la possibilité de profiter de notre argent pendant que tu seras toujours harcelé... de plus nous avons de nobles ambitions pour notre peuple et nous ferons quelque chose de notre vie. Maintenant donne-nous les détails sur le Tuoba, et nous obtiendrons du juge qu'il regarde ailleurs {je sais, notre pouvoir n'est pas si grand, mais je ments}. Sinon... ton futur sera bref, je peux le prévoir"
bref, j'essaye de le re-convaincre avec un mélange de persuasion et d'intimidation. A part ça, on les laisse partir comme prévu puis, une fois qu'il sont dehors, on fouille leur repaire.