Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
wos-rpg.over-blog.com

Retour à l'Ail (sans jeu de mot...)

22 Avril 2013 , Rédigé par Olivier Dubreuil Publié dans #Premier acte

Retour à l'Ail (sans jeu de mot...)

L'Ail est le mot désignant le camp. Il est constitué d'une vingtaine de tentes de feutre.

Yiran Bek, le père d'ayu-Kulak, attend avec impatience le retour de son fils afin de savoir s'il a pu conclure le mariage avec Kenjeke. Il a déjà commencé à rassembler des bêtes pour célébrer les noces. C'est avec joie qu'il voit un jour réapparaître Ayu-Kulak accompagné de Temir, Jebe-Tsenkher et... une cavalière qui pourrait bien être Kenjeke. Il accourt à leur rencontre mais trouve la troupe bien amochée, portant des traces de combat encore visibles, Ayu-Kulak se tenant les côtes, Jebe-Tsenkher chancelant sur son cheval. Il fait préparer des couvertures, un repas chaud et demande aux femmes de s'occuper de votre troupe. C'est avec révérence qu'il accueille Kenjeke. Puis, entouré des guerriers présents, une fois que vous vous êtes restaurés de bonnes graisses de viscères, il vous demande des explications.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Djebe Tsenkher 20/05/2013 21:36

En ce qui me concerne, le koulis m'a fait oublié ma chute ridicule à cheval et, au contraire, a embelli la courbe de la trajectoire parfaite de ma dernière flèche que je vois encore voler dans l'air de la prairie... je songe fortement à remercier l'esprit des vents de la steppe pour avoir fait porter mon dard aussi loin et aussi précisément.

Rappar 20/05/2013 20:32

[@Jebe-Tsenkher : attention on continue sur un nouveau post :)]

Ayu-Kulak 16/05/2013 21:53

Oï! fais les jets d'expérience pour Ayu-Kulak! :)

en rentrant au camp : j'explique à Kenjeke qu'elle pourra participer à toutes les chasses avec moi. Que je peux lui apprendre à tirer à l'arc si elle le souhaite; je ferais tout pour lui être agréable.

une fois au camp : @Geche-Yüz : "interdiction de boire. Cet air de liberté a donné des idées à la donzelle; elle tentera de s'échapper tôt ou tard".

Je me renseigne auprès des cuisiniers pour me faire confirmer quels sont les meilleurs morceaux à offrir à l'hôte de choix qu'est Kenjeke [i.e. pas besoin de test d'Etiquette ;)] je veux que ce soit sa fête aussi et qu'elle soit mise en avant dans le récit des exploits (la flatterie, y a que cela qui marche ;))]

Maître Zit 08/05/2013 21:45


[vous pouvez faire des jets d’expérience après la chasse. Que ceux qui préfèrent que je m’en occupe, me le disent. Je vous envoie la liste des compétences concernées par email. Gains 4% par jet réussi]

Maître Zit 08/05/2013 17:53

La fête sera belle, le koumis coulera à flot. Votre retour au camp est fêté par des vivats. On festoirera demain, car le soleil a disparu derrière l'horizon et la viande un peu trop frsaîchement tuée : après avoir rasé les poils, les femmes allumeront le feu et y jetteront les pierres qui, une fois chaudes, seront placées dans le ventre de la bête apprêtée par les hommes, avec du serpolet, de l'oignon sauvage et un peu de rhubarbe, pour une cuisson lente de l'intérieur. Une fois retirées, les convives rassasiés se détendront en prenant les pierres grasses et chaudes dans leurs mains. La fête se terminera dans une beuverie au koumis . Une belle journée en perspective !

Geche-Yüz 08/05/2013 11:09

Pensant au festin a venir, je suis tout sourire (une grande balafre horrible d'une oreille à l'autre), et raconte toutes les parties de chasses réussies qui me reviennent en tête, n'hésitant pas à me mettre en avant sans vergogne!

Anonymous 08/05/2013 11:00

Merci Maître, que d'émotions !
[Gianni]

Maître Zit 08/05/2013 09:24

[Jebe-Tsnkher étant lui aussi en mode vacances, j’ai tiré son dé. 88] Il court aussi après son cheval et perd du temps. Ca vous fera perdre de la distance, il faudra de bons jets (spéciaux au moins) pour rattraper votre retard.

Après avoir galopé après la bête blessée, vous être assurés de sa mort et avoir décidé de continuer la poursuite, vous perdez un rang de portée, c-à-d Geche-Yüz est à portée longue et Arslan à portée extrême. Ils n’entendent déjà plus les exhortations d’Ayu-Kulak. Ayu-Kulak et Jebe-Tsenkher sont hors de portée.

La distance est maintenue avec un jet de ride réussi, réduite d’un niveau avec une réussite spéciale et de 2 niveaux avec une réussite critique. Chaque jet correspond à plusieurs minutes de poursuite. Je vais lancer 1d100 : si le résultat est < POWx3 de tout le monde, le troupeau fuit en direction de votre camp (POWx5 si vous aviez sacrifié…).
42, loupé mais de pas trop : la direction ne vous éloigne pas significativement de votre camp.

Les antilopes fuient au grand galop. Le troupeau se déplace à vive allure, montant et descendant les déclivités du terrain, tel le blizzard sur la steppe quand Tcholbonty-Tyon, le Seigneur de l’Hiver, envoie ses démons de glace Tcholgon. La poursuite repart de plus belle. Vous réussissez tous votre jet de ride mais ne vous approchez pas du troupeau. Geche-Yüz peut tenter un tir à longue portée. Sa flèche vole, mais vient se ficher dans l’herbe.
Le troupeau a tourné et s’éloigne maintenant de votre camp. Il ne faudrait pas le poursuivre trop longtemps si vous voulez renter avant la nuit.

Le sol tremble sous les sabots des centaines de bêtes et de vos coursiers fougueux. Geche-Yüz choisit mal son chemin et doit un peu ralentir s’il veut éviter que son cheval ne trébuche sur le sol affaibli par les galeries creusées par les souris de la Steppe, laissant le troupeau s’éloigner. Vos chances s’amenuisent. Jebe-Tsenkher, pourtant pas le meilleur cavalier, parvient à tirer le meilleur de son cheval et rejoint Arslan, à portée extrême du troupeau. C’est peut-être votre dernière chance. Chacun, sauf Ayu-Kulak encore trop loin, peut tenter une dernière flèche de très loin (x1/4). Trois flèches jaillissent des arcs bandés au maximum et volent dans le ciel. La première, celle de Geche-Yüz, frôle les oreilles d’une bête mais finit au sol. La deuxième, celle d’Arslan, manque sa cible. Le troisième, celle de Jebe-Tsenkher, atterrit sur le cou d’une antilope et le transperce de part en part. La bête roule dans la poussière. Jebe-Tsenkher crie l’uran de son clan d’origine, détruit depuis maintenant 10 ans.

Vos chevaux fatiguent et il est tard : il est temps de rassembler les proies et de rentrer, avant que d’autres chasseurs n’arrivent et ne demandent leur part tant que vous ne les avez pas attachées à vos selles.

La chasse fut bonne. 3 bêtes, voilà de quoi nourrir plusieurs familles pendant plusieurs jours. Le festin sera joyeux. Vous pouvez remercier les esprits et notamment Hinkon, le Maître des prédateurs, qui vous a inspirés. Vous pouvez repartir au petit trot, Kenjeke s’est bien amusée du spectacle et papote de manière plus détendue. Ca lui rappelle cette fois où, contre l’avis de son père, elle était partie en douce le suivre lors d’une partie de chasse avec son oncle Tchoyun. Elle avait attrapé une marmotte toute seule et n’avait pas compris pourquoi sa mère l’avait grondée quand elle la lui a présentée ! Son père n’en a jamais rien su et sa mère, finalement, a fait préparer la marmotte et a félicité Kenjeke pour son habileté : « Ce qu’on ne te donne pas, il te faut parfois savoir le prendre » lui avait-elle dit. Et Kenjeke plonge dans ses pensées.

Ayu-Kulak 08/05/2013 07:58

"Allez-y mes braves" fait Ayu-Kulak en courant lamentablement derrière sa monture (62). [Je passe en mode vacances: connexion irrégulière ;)]

Maître Zit 07/05/2013 11:44

Ayu-Kulak et Jebe-Tsenkher, avez- vous tenté un jet de "riding acrobatics" pour monter sur vos chevaux déjà au petit galop, sans les arrêter, et perdre moins de terrain sur les antilopes ? Attention à la chute si vous faites une maladresse, mais c'est la classe si vous y arrivez.
(Jebe-Tsenkher: 40% ; Ayu-Kulak : 09%). Faites les jets si vous voulez et dites-mois s'ils sont réussis.