Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
wos-rpg.over-blog.com

Recherches

16 Décembre 2015 Publié dans #Quatrième Chapitre

Recherches

J-52

Correction : le col de l’oboo est à plusieurs jours de marche. Mais qu’à cela ne tienne, vous pouvez prétendre vouloir monter au sommet d’une colline pour vous approcher de Tengri afin de le prier de prendre garde aux esprits de vos ancêtres, c’est plausible. Et le soir vers l'Ouest afin que le soleil transmette vos vœux aux morts pendant son passage sous la Terre. Guó vous accompagne, un peu lassé.

En attendant l’après-midi, Ulap se repose. Les autres, que faites-vous ? Comment êtes-vous équipés ?

Votre équipage part donc vers les collines, l’air plein de componction, accompagné par le sergent Guó. Du haut de la colline que vous avez choisie, vous pouvez embrasser toute la plaine où s'est déroulée la terrible bataille qui a décidé du sort funeste de votre peuple.Vous faites quelques libations et invoquez Tengri. Guó vous observe sans vous déranger, l’air quand-même de s’ennuyer. « Vivement qu’on retourne à Anxi » semble dire son visage. Sur le chemin du retour, Guó n’est pas bavard. Ulap sifflote. Lorsque vous vous arrêtez près du monticule, il semble de mauvaise humeur et n’a pas l’air en forme. Il vous demande, d’un air contrarié ce que vous voulez encore et souhaite rentrer. Il reste sur son cheval à attendre votre réponse.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maître Zit 21/02/2016 17:42

[Pour vous aider : vous pouvez latter la vieille physiquement quand elle viendra, ou même l'attaquer mentalement, mais les chamans devront être à l'abri car ils seront en transe. Ou bien les chamans peuvent tenter d'aller la chercher dans le plan spirite quand ils veulent et de la soumettre par la force -ca peut prendre quelques heures.]

Avant de vous expliquer la situation, Chou vous demande de l'accompagner au sein du temple afin de vous faire jurer que ce qui va se dire entre vous restera confidentiel, et que vous n'essaierez pas de le tromper. "Car sinon, la colère du Fó s'abattra sur vous !"

Kenjeke 24/02/2016 22:12

"Ça va marcher, Tengri nous favorise, sinon nous ne serions pas arrivé jusqu'ici..." se répète Kenjeke tout bas.

Arslan 24/02/2016 15:53

Arslan prend donc un air blasé même si en réalité il chie dans son froc...

Ayu-Kulak 22/02/2016 09:49

Évidemment que l'on le suit et que l'on jure tout ce qu'il veut - nous n'avons que faire de serments tenus à des sous-divinités. Je demande à tous de prendre un air blasé, comme si nous savions déjà tout ce que nous allons découvrir.

Kenjeke 22/02/2016 09:06

Kenjeke apparait dans ses vêtements de voayge, plus reposée et fraîche que lorsqu'elle reposait dans son sang sur sa couche. "Allons-y Ayu-Kulak, Tengri nous favorise, sinon les esprits ne m'auraient pas prise juste avant d'aller purifier ce tertre maléfique. Je vais aider Ulap de mon mieux..."

Maître Zit 11/02/2016 13:01

„SHÈNME HUÀ“ crie une voix de bon matin alors que vous êtes encore tout enchifrenés. Le révérend se tient devant vous dans sa robe safranée, accompagné de Wu et Guo, l’un se tenant en retrait et le ventre [encore un zeugma].

„SHÈNME HUÀ“ répète-t-il d’un ton courroucé. Ce que Jebe-Tsenkher traduit d’une voix pâteuse « Il veut savoir « ce que c’est que ces conneries ».»

Chou continue en fronçant les sourcils, le doigt tendu et le crâne rouge de colère et de la lumière du soleil levant. Le sergent Guo tente de prendre l’air martial et opine du chef aux paroles de Chou. Wu se tient coi.
« Euh…ça va vite, j’ai du mal » dit Jebe-Tsenkher. « Bon, il veut qu’on arrête de raconter des histoires au bibliothécaire Wu qui a déjà bien assez de fantaisies en tête et que nous n’avons pas à aller mettre notre nez dans le tumulus et que nous devons les laisser tranquilles »

Ulap 21/02/2016 10:56

« Mmmm, et bin j'suis la... »
[j'étais out aussi, désolé...]
« M’adressant à Ayu-Kulak :
Alors chef, y veulent nous z’aider ?
On y dit tout et on voit comment y peuvent nous soutenir pour tordre la vielle chouette et tout remettre dans l’ordre ?
Attention, y veulent peut être pas complètement partir, que ce temple n’ait plus de raison d’être ici… »

Maître Zit 19/02/2016 20:51

[bon, j'étais en déplacement alors je n'ai pas pu me consacrer aux choses essentielles de la vie, mais me revoilou et avec un pc tout neuf en plus !]

Les dés roulent...

Chou écoute Jebe-Tsenkher sans quitter Ayu-Kulak des yeux. Il reste un moment silencieux.
"Oh et puis il est inutile de jouer, votre sorcier a certainement compris, va. Connait-il la magie qui a fait venir ces démons ? Pourrait-il leur fermer la porte définitivement ? Faites-les venir, nous allons parler"

Le sergent Guo, déjà prêt à vous tancer vertement pour votre impertinence, reste interdit, comme décu par les mots du révérend Chou. Ces histoires de démons et d'esprits ne valent pas un bon combat contre des ennemis bien réels et matériels.

[05 au d100, petit veinard ! Tengri est avec vous]

Ayu-Kulak 19/02/2016 17:23

Alors, keskidi? :)

Ayu-Kulak 14/02/2016 20:45

et je regarde vers l'horizon d'un air pénétré, ce qui me donne l'air sage et +5% à mon jet de persuasion. Au fait, c'est en Persuasion que j'ai placé mes +4%.

Ayu-Kulak 14/02/2016 20:43

"C'est de la faute du traducteur", réplique Ayu-kulak en se retenant de bondir à la gorge de Chou". Se confiant à Jebe-Tschenker : "Ne traduis pas : c'est sa faute, il nous a tout caché, il nous dit qu'il n'y avait pas d'esprit, que c'est que des conneries, mais que quand l'esprit apparaissait ils se cachaient dans leur chapelle... et maintenant c'est une armée de démons? Il se décide enfin à nous dire la vérité... Quand à son hospitalité..."

Je continue à le promener en tête-à-tête avec notre interprète, en méditant, pour lui laisser le temps de se calmer.

"Révérend Chou, oui c'est la faute des erreurs de traduction
Nous ne savions pas que vous entouriez le tumulus de rouleaux
et priiez de toute la force de votre volonté
Nous avions compris que vous vous réfugiez sous terre, dans une pièce
que vous entouriez de mantras
pendant que le démon se promenait librement dehors...
Maintenant, ce malentendu est éclairci
Nous sommes heureux d'apprendre que vous êtes des guerriers de la foi
contre les démons.

Maintenant, je vous invite à ne pas faire la même erreur de traduction
et de continuer à nous considérer comme des incapables,
comme des imbéciles qui ne savent pas ce qu'ils font;
simplement parce que nous ne parlons pas la même langue que vous
et que nous n'avons pas les mêmes pratiques que vous
Nous aussi nous avons des sorciers et des sortilèges.
Ne nous sous-estimez pas, comme nous vous avons sous-estimé
Est-ce que nous nous comprenons?" (pause)

Révérend Chou 14/02/2016 16:00

Entendant la traduction de Jebe-Tsenkher, Chou fulmine. « Mais qu’est-ce que tu crois, étranger ? Tu viens ici chez nous et tu veux faire la loi ? Tu réclames notre hospitalité et tu en foules au pied les lois les plus élémentaires ? Saches, petit impudent, que si nous entourons tous les ans ce maudit tumulus de rouleaux couverts de mantras et y prions de toutes nos forces, ce n’est pas pour un esprit, mais pour barrer la route à une armée de démons dont la vieille femme n’est que le héraut qui leur ouvre la porte ! Sans nous, ce sont des jeunes filles qu’il faudrait sacrifier tous les ans à ces démons comme prix pour avoir aidé nos ancêtres. Alors va-t’en avec tes hommes, et laisse-nous nous occuper de ce qui te dépasse et réparer ce que des sorciers comme ceux de ta race ont commis ! »

Il va falloir user de diplomatie…

Ayu-Kulak 13/02/2016 16:01

Je prends à part le révérend Chou, juste lui, moi et le traducteur. Les yeux dans les yeux, je lui fais :
"Chef des moines
votre insistance
à cacher des connaissances
et à prétendre que tout va bien est tout à fait admirable.
Nous savons que l'esprit revient chaque année
arrêtez de nous dire qu'il n'existe pas
surtout que nous l'avons vu hier...
Si votre réaction face à l'esprit, est de vous enfermer en prière derrière la magie du Fo
à l'intérieur, sans mettre le nez dehors, libre à vous.
Nous les guerriers du clan ASHITE
nous le vaincrons ou nous mourrons.
Si nous le vaincrons, nous partirons en vous laissant tranquilles
si nous mourrons...
et bien il y aura quelques esprits en plus pour vous tourmenter (sourire glacial)
mais vous serez débarrassé de nous - de notre enveloppe physique en tout cas.
Sur ce, laissez-nous tranquilles à notre tour
car nous devons nous reposer pour l’affrontement de ce soir"

Et hop je repars manger un truc et me rallonger.

Maître Zit 04/02/2016 22:23

Chaque paragraphe correspond à une réaction attendue par Ayu-Kulak.


Wu constate l'état de Kenjeke et la pitié se lit dans son regard - et une certaine envie aussi. « Ah oui, il nous a semblé effectivement sentir une présence surnaturelle à votre arrivée et ce soir. Ça devait être ça. Mais dans la chapelle, il n’y a pas de risque et nos mantras barrent le passage des démons. Mais nous savons bien qu'il y a des esprits malfaisants par ici : c’est bien pour cela que le temple a été fondé. Je vais demander au révérend de transférer la jeune femme dans la chapelle et de la soigner. Mais vous, cessez d’attirer ces démons, aussi ! Et ne trainez pas autour du tumulus, il ne faut pas y toucher, vous avez fait sortir ce démon qui normalement ne se manifeste qu'à date fixe ! »


Il reste un instant pensif et se lisse la barbichette. « Mmmh ! La tradition correspond à ce que tu racontes. Le temple a en effet été construit quelques années après la bataille pour faire cesser les sacrifices annuels de jeunes filles qu’on faisait aux démons pour les apaiser. Le Fó désapprouve ce genre de choses. Maintenant, nos mantras élèvent une barrière, tous les ans le jour de leur retour, et il est certain qu’ils sont assoiffés de sang. » Il fronce les sourcils. « Un vieux texte dit bizarrement plutôt que ces sacrifices étaient le prix convenu pour leur aide et même qu’ils auraient été invoqués par un sorcier qui a sacrifié un grand nombre de prisonniers. » Il s’arrête un instant et regarde Ulap d’un air mi-inquiet, mi-curieux, puis secoue la tête et reprend : « Aaaah, mais non. ce sont des Dharmalapas qui ont aidé, et ils ne demandent pas de sacrifices, ce serait contre les enseignements du Fó. Ces vieux textes ont dut être été mal recopiés ou alors écrits par des ignorants effrayés par la puissance des Dharmalapas. Ce ne peut être que les esprits de vos morts qui reviennent, comme tu le dis toi-même. »


"Je dois en référer au Révérend Chou. Si vous le permettez, je vais le chercher."

Durant le discours d’Ayu-Kulak, Wu n’a pas remarqué l’air surpris ou impressionné des autres, et peut-être plutôt quelque chose de goguenard chez Ulap.

[Ayu-Kulak gagne 4% d'expérience en "persuade", ou "fast talk", voire "Perform [story-telling], au choix.]

Kenjeke 08/02/2016 22:17

Kenjeke sourit quand Ulap lui raconte la scène. "On pourra peut-être en faire quelque chose de bien de cet Ayu-Kulak, hein?"

Ayu-Kulak 06/02/2016 09:59

Sur ce on retourne dans nos tentes - la journée a été fort fatigante, avec ces montages et démontages d'oboo - et ce pourrait être notre dernière nuit.

Maître Zit 05/02/2016 16:33

[tu ne veux pas tutoyer les PNJ plutôt ?]

"Il importe peu qui possédait cette terre : les peuples doivent se soumettre à l’autorité légitime du roi là où lui semble bon. Il y avait, et bien... vos ancêtres je suppose, mais ils refusaient de se soumettre au roi des Wei, alors il considéra qu'il était juste de les chasser. D'autant qu'ils n'avaient de cesse de lancer des raids chez nous."
Il soupire en levant les yeux.
"Il y avait beaucoup de guerres à cette époque, car la parole du Fó -que sa lumière éclaire notre jugement- n'avait pas encore pénétré tous les cœurs et assagi les Wei qui suivaient encore leurs troupeaux et leurs sorciers plutôt que les avis des sages moines"

D'ailleurs, la présence de l'oboo encore entretenu que vous avez croisé en chemin vous fait penser que les Wei n'ont pas encore tous complètement abandonné leurs anciennes croyances tengristes.

Ayu-Kulak 05/02/2016 11:14

"Attendez un instant :
- Merci de votre offre de protection de Kenjeke.
Mais Kenjeke va nous être utile comme proie empoisonnée
lors de l'affrontement
car c'est notre affrontement
c'est un esprit de notre peuple
c'est à nous de l'affronter
c'est notre destin
ce sont les crânes de nos ancêtres là-bas
nous devons les libérer de l'emprise du fantôme
Il nous attendait, et c'est pour cela qu'il s'est réveillé hors de la date annuelle

... mais nous devons nous emparer de la bannière,
pour affaiblir l'esprit
et empêcher qu'il ramène les âmes de guerriers enragés
et plein de revanche
et donc nous ne pouvons pas nous contenter de l'enfermer derrière des barrières de mantras
il faut le... nous le ferons sortir des entrailles de la terre,
et le détruirons.

Ce que dit le vieux texte est intéressant,
et expliquez-moi, parce que je suis un ignare :
avant la bataille, à qui appartenaient ces terres désolées?
le sorcier devait être d'ici.
étaient-ce nos ancêtres qui ont envahi vos terres, et que vous avez repoussé
ou bien était-ce le grand empereur Wei qui a étendu la civilisation sur des terres barbares?

Enfin, peu importe,
c'était la guerre,
de puissants sorciers s'affrontaient
comme vous l'avez fort bien raconté dans votre récit
peu importe quel était leur côté
ils n'avaient pas la sagesse du Fô
à nous de faire disparaître les démons qu'ils ont invoqué.

Merci encore d'être venu.
Je vous conseille de laisser le Révérend Chou dormir et lui annoncer cela demain. La nuit, nos dieux portent conseils. Bonne nuit, moine Wu. Nous nous allons dormir.

Maître Zit 25/01/2016 18:04

Jebe-Tsenkher revient avec le bibliothécaire et Ulap avec des sacs remplis des petits animaux que vous avez capturés : lézards, lièvre du désert, serpent, gerboises...
Le bibliothécaire est curieux de savoir ce qu'on lui veut et prend des airs de conspirateur. Tout le monde attend qu'Ayu-Kulak appel pour entrer dans la cellule.

Ayu-Kulak 04/02/2016 18:32

Je fais venir le bibliothécaire, le fais asseoir et propose de l'eau.
à chaque retour à la ligne je m'arrête pour laisser traduire :

(air grave)
"Moine Wu, merci de vous être déplacé.
La situation est... préoccupante.
Le chef Chou avait raison de s'inquiéter car effectivement
un esprit maléfique est resté présent dans les parages depuis la bataille.
et en entendant nos prières à nos ancêtres
s'est réveillé.
Cet esprit - qui n'a jamais supporté la défaite de nos ancêtres -
s'est emparé des forces vitales de ma fiancée, dés notre arrivée,
et vous voyez dans quel état il l'a mise...
il enlève carrément son sang à distance!
le fait sortir de son magnifique corps pour l'emmener dans le pays des esprits !!
car le sang, c'est la vie!

Cet esprit se présente sous la forme d'une vieille femme,
hideuse,
probablement la mère shamanique d'un des jeunes guerriers morts au combat,
qui en veut beaucoup à vous les Weï,
parce que pour elle la défaite, ...
c'est comme si la bataille avait lieu hier,
et sa blessure est encore béante.
JezKempir, la vieille femme cuivre - c'est son nom -
souhaite posséder ma fiancée -
qui lui rappelle sans doute sa propre fille, morte de vieillesse depuis longtemps -
elle fait un transfert dessus
et ne veut qu'emmener son âme après avoir emmené son sang.
Nous ne pouvons laisser faire ce spectre monstrueux!
D'autant plus qu'après ma jeune fiancée,
elle n'a pas cachée qu'elle souhaitait nous posséder nous,
et son appétit ne sera pas assouvi,
elle ne s'arrêtera pas là
et elle tentera de vous posséder vous tous!

(je le laisse réagir)

Un instrument de puissance de l'esprit est un emblême de notre peuple.
Cet emblême est indestructible.
Plutôt que de laisser la vielle-femme-démon s'en servir contre vous,
nous devons le ramener chez nos propres chamans,
loin vers le couchant,
pour qu'ils le neutralisent.

C'est là que vous intervenez, Moine Bibliothécaire savant.
Votre chef vous a empêché de parler
de donner des informations vitales
et maintenant vous et nous sommes en danger
Que pouvez-vous nous dire sur les esprits
invoqués lors de la bataille il y a deux siècles
et comment les vaincre?

Nous souhaitons règler nos affaires nous-mêmes
la tuer et reprendre le drapeau
mais nous risquons de... mourir
mourir vaillament; mais de perdre l'affrontement
et le démon repartirait
avec le drapeau de guerre de mon peuple
et ma fiancée
et reviendrait, encore plus puissant
tuer les serviteurs du Fô.

(réactions?)

Votre chef va encore dire "ce ne sont pas mes affaires, laissons partir les étrangers et les ennuis partiront avec eux"
mais ce sont des paroles de quelqu'un qui se met la tête dans un trou dans le sol
pour affirmer que le soleil n'existe pas.
Ce sont des paroles de quelqu'un qui ne sait pas.
L'esprit est là, en vue de votre monastère!
Il se prépare depuis longtemps!
Maître Chou ne vous a pas écouté
Il a interrompu vos études
et maintenant nous avons besoin de votre savoir.

Nous le combattrons demain soir
avec nos armes, avec notre mental
Voulez-vous expliquer aux autres moines la menace?
et être prêts à invoquer les "dharmalapas" si nous faiblissons? "
(air implorant)

Maître Zit 04/02/2016 16:24

Apparemment, Kenjeke fait appeler Ulap (sur le poste des amoureux). Je vous rappelle que le bibliothécaire poireaute et va finir par retourner dans sa cellule. Il a sommeil.

Ulap 03/02/2016 16:27

(J’avais renoncé à venir voir ce post, sorry !)
Bon, comme t’y veux, je suis ok pour qu’on se farcisse la vieille, mais ça va pas être coton !
Pour y mêler les locaux, t’es sur qu’y vont nous suivre sur c’coup-là ? Pourquoi pas, ça pourrait y être intéressant !
Et maint’nant, faudrait que j’y soigne la demoiselle, c’est bon vos messes basses ?

Arslan 03/02/2016 11:19

Je ne suis qu'un guerrier fougueux, je n'entends goutte à ces histoires de chamanes et de sorciers. Faites pour le mieux !

Ayu-Kulak 29/01/2016 12:45

Après mon aparté avec Kenjeke, je fais rentrer Ulap et expose mon plan à Kenjeke et lui.

"Il va falloir récupérer le tug, sans perdre Kenjeke. Le pire qui puisse arriver, c'est que la vielle femme exige Kenjeke, qu'elle l'attrappe et disparaisse aussitôt en laissant le Tug - en supposant qu'elle a l'intention de remplir sa part de marché, après tout elle veut peut-être le yak et l'argent du yak, comme nous.

Votre tâche à vous, les chamans, consistera donc à retenir la vieille femme tant qu'elle aura Kenjeke ou le Tug... ou les deux. Il y aura donc combat. Vous pourriez le perdre, vu qu'elle est très vieille, et Kenjeke novice. C'est pourquoi le bibliothécaire peut être utile, pour nous raconter le point faible de l'esprit. Je prévois même, s'il est difficile de la vaincre, d'informer le chef des moines et d'avoir en armée de réserve leurs sorciers et leurs démons, si notre esprit s'éternise et refuse d'entendre raison - et vu qu'elle vit seule depuis des dizaines d'années, elle me semble folle.

Que pensez-vous de mon plan?"

Maître Zit 10/01/2016 21:55

Tout le monde va se coucher, donc ?

Pendant que vous remettez les crânes, Jebe-Tsenkher fait remarquer que tout ceci n'est pas très Wei, enfin de ce qu'il en connait. Des esprits, des sacrifices humains, des oboos... ce ne lui semble pas du tout bouddhiste ces choses là. Mais bon, c'était il y a plus de cent ans.

[À propos, j'ai ouvert une catégorie Kenjeke & Ulap pour leurs chamaneries communes, réservée aux joueurs d'Ulap et Kenjeke]

Ayu-Kulak 17/01/2016 00:10

"Mais... Geche-Yüz, cela te dérange pas que Kenjeke soit aussi sale que ce porc d'Ulap !?! s'emporte aussitôt Ayu-Kulak. "Vous n'avez aucune noblesse? Fous-moi le camp! DEGAGE!" fait-il avec un regard de tueur.
Puis il se reprend : "Rend-toi utile plutôt. Jebe Tschenker et toi devez ramener le moine historien en toute discrétion, après leur prière. Ramène le devant la porte mais n'entre pas, frappe. Allez bouge, bouge."

Ayu-Kulak sort sa propre robe de soie, puis il se rappelle que Kenjeke a peut-être acheté d'autres parures à Kumul, et fouille les affaires de Kenjeke. Quoi qu'il en soit, nettoyage de Kenjeke, en lui disant de rester tranquille. Rectificatif ; je la fais boire d'abord ... ensuite pot de chambre, ensuite je la nettoie.

Maître Zit 16/01/2016 18:23

En allant voir Kenjeke, Ayu-kulak croise Ulap qui vient chercher les petits animaux que vous n’avez pas manqué de rassembler durant votre journée sabbatique : gerboises, lézards, serpents… Vous croisez des moines se rendant aux offices. La surveillance du sergent Wu est aussi plus lâche : il est allé se coucher et se fait soigner par les moines.

Alors qu’Ulap rassemble les animaux dans la cour, Ayu-Kulak pénètre dans la cellule de Kenjeke. Sans prendre garde à Geche-Yuz, il ne voit d'abord qu’une silhouette allongée sur la paillasse dans la pénombre, mais il sent tout de suite l’odeur du sang et de divers fluides corporels. En s'approchant, il peut observer la jeune fille qui gît dans un état lamentable. Sa robe de soie est souillée de sang. Son teint livide accentué par les taches de sang séché et ses yeux creusés lui donnent un air morbide effrayant. Ses cheveux étalés comme un soleil noir craché sont collés en mèches par la sueur. Un court instant, Ayu-Kulak revoit sa propre mère emportée jadis par les üörs, et son cœur se serre. Mais Kenjeke respire. Elle tourne lentement la tête vers son fiancé qui semble y voir une lueur nouvelle, comme une profondeur inconnue.

[Je vais passer votre aparté sur un nouvel article consacré à votre duo Kenjeke & Ayu-Kulak]

Ayu-Kulak 12/01/2016 22:03

Je passe vérifier que Kenjeke est bien guérie.

Maître Zit 22/12/2015 12:13

Où est Geche-Yuz ? Toujours avec Kenjeke ? (par défaut, il est avec celle qu'il a juré de protéger).

Alors que la nuit tombe, Ayu-Kulak creuse et retire des crânes pendant qu’Ulap danse comme un sauvage en tapant sur son tambour. Soudain, Ayu-Kulak entend une voix comme sortant des crânes. C’est une voix grinçante de vieille femme qui lui dit « Arrête de tout casser, imbécile ! » Au sommet de l’oboo apparait la silhouette courbée de ce qui semble être une vieille femme dans la pénombre de la nuit naissante. Ulap a cessé sa danse. Le vieille s’assoit sans aucune pudeur au sommet de l’oboo et rajoute « Bon, il était temps ! Elle regarde autour d’elle « Ben elle est où la jeune fille ? »

Ayu-Kulak 10/01/2016 07:17

"Les moines ne leur donnent pas de fille parce que ce n'est pas une de leur divinités. Ce sont des esprits de nos ancêtres, qui leur sacrifiaient une fille. Des femmes pour son seigneur, des hommes pour elle; après tout elle a dit "Et ben dis-donc, y sont pas bien beaux tes gars, là !". Cela implique que si l'un de nous couche avec elle et la fait bien jouir, elle nous donnera le tug sans rien dire à son seigneur...

A mon avis, c'est un don sans retour pour la jeune fille sacrifiée; et même si c'était temporaire, le temps ne représente pas la même chose pour les esprits.
Ce qui me fait d'ailleurs penser que nous pourrions avoir plus qu'une journée. Même si nous revenions dans 10 ans, nous pourrions toujours la ré-invoquer.

Ce qui nous laisse du temps pour aller chercher une descendante. Les récits de la bataille parlent d'esclaves pris par les Wei. Ils peuvent très bien avoir pris des femmes en plus du butin. Ironiquement une descendante de l'une d'entre elles pourrait nous avoir été proposée pour coucher avec à Anxi.. Le moine historien pourrait nous donner des détails.

J'ai une idée un peu tordue pour "descendante de notre race"... après tout, nous sommes descendants des loups, non?

Allons nous coucher, la nuit porte conseil. Ulap, j'espère que les esprits te visiteront ; tu prenais l'air très savant avant-hier "j'ai ma petitze idee... Ca s'poirrai que 'cest JezKempir, la vieille femme cuivre, et elle aime bien les oboo bien plein de cranes...". J'ai l'impression que tu ne nous dis pas tout. C'étaient les shamans qui faisaient les sacrifices, donc ils étaient très proches de ces esprits. C'est peut-être toi qui devrais coucher avec la vielle femme - en plus vous avez le même tailleur. Ou c'est toi qu'on offrira à son seigneur en lui disant de te prendre comme une femme, ah ah ah!

Sur ce, cessons les discussions, remettons l'oboo en place et allons nous coucher."

Ulap 09/01/2016 23:25

Elle a mentionné que les éscouillés oranges ne voulait plus donner de fille... Il ne s’agit peut-être pas de Kenjeke, alors?

Maître Zit 09/01/2016 23:08

Malheureusement, la divination n'est pas le fort d'Ulap. Mais peut-être que la réponse se trouve ailleurs que chez les esprits.

Ulap 09/01/2016 19:47

Sauf si Ayu kulak confirme, je pense qu'il faut ne pas eveiller l'attention. On pourra d'ailleurs utiliser comme argument pour revenir que Kenjeke doit aussi prier. Et il faut prendre temps de la reflexion pour trouver quoi faire, on est dans la merde. Ils veulent Kenjeke, et on ne sais pas si c'est temporaire, ou quoi!
Est-ce que je connais un rituel ou un esprit a contacter pour savoir ce que veut vraiment ce Sarang-bey?

Maître Zit 09/01/2016 18:23

Non, pas de village de vos connaissances avec des descendants. Vous pourriez essayer de tricher remarque, mais si la Vieille-Femme-Cuivre s'en rend compte, elle ne sera pas jouasse. Et puis allez trouver une femme dans ce coin...

Bon, ce n'est pas très clair pour moi: Ulap va-t-il chercher Kenjeke ? (après tout, Ayu-Kulak est le chef des Ashite, mais pas d'Ulap). Et les autres, après avoir reconstitué l'oboo, que faites.vous ?

Ulap 09/01/2016 09:51

Mmmm, m'attendait pas a cette saloperie... Ou est-ce qu'elle veut qu'on trouve une fille??? Hors de question de lâcher Kenjeke, on ne sais même pas ce qu'il lui veule a cette fille... Il n'y a aucuns village ou on pourrait trouver une descendance illégitime de nos ancêtres de passage ici?
(Rien ne me reviens en mémoire au sujet de cas de ce genre?)
"j'veux bien aller chercher Kenjeke, mais c'est pas le meilleur moyen de pas attirer l'attention sur nous et l'Oboo... Y vaudrait pas mieux remettre tout en place et rentrer fissa?"

Ayu-Kulak 08/01/2016 07:58

"Ulap, va chercher Kenjeke, pendant que l'on reconstitue l'oboo."

Maîtte Zit 07/01/2016 21:14

Ulap l'a faite venir une fois, il pourrait peut-être le refaire. Je te laisse lla possibilité de gueuler dans le noir qu'elle revienne plus tôt. Mais quand ?
A propos, avec tout ça vous avez oublié Kenjeke qui doit être guérie si Ulap n'a pas menti.

Ayu-Kulak 07/01/2016 20:57

"Sale p... ! encore un jour de perdu à attendre! J'ai bien fait de pas vouloir venir en caravane... Allez, j'ai faim, on remet tous les pierres."

Maître Zit 07/01/2016 18:43

La vieille se gratte un moment impudiquement entre les cuisses, puis descend du haut de son tas de crânes avec la prestance de l’ibex (le bouquetin d’Asie) inattendue pour une vieille femme. Vue de près, elle apparait effectivement comme une très vieille femme, ridée, des poils épars sur le menton, un gros bouton sur la joue d’où sont plantés trois poils gris durs et épais, les cheveux gris en carottes. Elle sent le moisi, ses vêtements sont poussiéreux, mais son regard vous transperce. Elle serre son battoir à yaourt d’une main et tient l’autre dans une poche, des fétiches et gri-gris pendouillent un peu partout sur sa robe. Elle observe Ayu-Kulak par en-dessous, puis tous les autres un par un. Enfin, elle se tourne vers Ulap et lui sort « Et ben dis-donc, y sont pas bien beaux tes gars, là ! » Puis elle va vers le bord ouest de l’oboo. Sa silhouette se redresse et semble alors grandir, et d’une voix qui semble remplir tout l’espace et résonne jusqu’au plus profond de votre poitrine, la vielle déclare : « Donnant donnant. Donnez-moi une jeune fille de la race de votre ancêtre et je vous rendrai votre tug ! Ici, demain, au coucher du soleil, je viendrai la chercher ».

Elle frappe alors le sol du pied et soudain la terre se met à vibrer sous vos bottes. Aussitôt, une faille s’ouvre devant la vieille, assez grande pour avaler au moins un cavalier. La vieille regarde Ayu-Kulak : « Et remets ces crânes en place, ou il n’y aura plus de passage vers en bas ». Et elle y disparaît comme un éclair. Le gouffre reste ouvert quelques instants, il fait trop sombre pour que vous puissiez vraiment y voir quelque chose,Enfin, la faille se referme dans un grondement sinistre.

Maître Zit 19/12/2015 15:15

[Attendez-voir : si je ne me suis pas trompé dans le décompte des jours, Kenjeke sera alitée jusqu'au lendemain soir. Alors ou bien vous attendez encore un jour pour partir suivante, ou bien vous la transportez dans cet état (déconseillé), ou bien on dit que vous avez glandouillé une journée de plus et que nous sommes à J-51. Vous choisissez]

Ayu-Kulak 21/12/2015 19:53

on attend J-51, puisque les moines ne vont pas aimer que l'on ait défoncé leur tertre. Parce que c'est ce que je vais faire, moi: creuser jusqu'au coeur du monticule.

Ulap 20/12/2015 14:18

[on laisse passer un jour, c'est plus cohérent comme ça, non?]

Maître Zit 17/12/2015 20:56

Les chevaux sont calmes. Les sécher, c’était très bien, car la fraîcheur de la nuit du désert est mordante. C'est l'été et le moindre mouvement fait transpirer.
Guo hausse les épaules. De toute façon, le monastère est à côté et vous ne partirez pas sans Kenjeke. Il rentre lentement, le teint jaune et la tête basse, embarrassé par son hongre qui chaloupe vers la porte.

Ahaaaah ! C’est bon, c’est le moment ! Vous pouvez commencer à creuser en douce le monticule qui semble s’enflammer sous les rayons du soleil couchant. Très rapidement, sous une première couche de terre, apparaît encore un crâne. Puis deux, puis plein de crânes. Vous n’avez pas besoin de creuser loin pour vous rendre compte que ce monticule est constitué sous sa surface exclusivement de crânes. « Si ça avait été fait par des Nomades, je dirais que c’est un oboo de crânes » remarque Jebe-Tsenkher. Un oboo n’est pas un tertre, il est consacré aux esprits, pas aux morts.

Maître Zit 18/12/2015 13:00

[Ulap, pas Bog. Bog, il est sur un berceau géant en ce moment :-)]

Bog 18/12/2015 11:35

"Mmm, pas de trous, de crevasse....Bordel de merde (ou équivalent local et temporal...)"
Ulap revêtit sa robe (quoi, quelle odeur?) et sort son tambourin...
"faut que j'contacte Jez-Kempir, la Vieille-Femme-Cuivre... j'sais pas combien de temps ça va prendre... pensez à essayer de me maintenir hors de vue si je bouge trop!"
Et le voilà encore partit dans ses mélopées gutturales dont vous commencez à avoir l’habitude.

Ayu-Kulak 16/12/2015 12:59

Je m'équipe pour s'aventurer dans des grottes; vêtements simples et pratiques, armes (de toutes façon on les a toujours sous l'oreiller), corde, torches (discrètement)
Je participe sincèrement et de tous mon coeur au cérémonies à Tengri, que je dirige d'ailleurs [je veux augmenter mon score d'allégeance à Tengri! :)]

Quand je vois que Guo s'impatiente et a l'air d'attendre qu'on revienne à Anxi, je dis à J-T de lui transmettre que nous avons fini nos prières et que nous repartirons demain avant l'aube.

L'approche du tertre, comme je l'ai dis, se fait en deux temps. Un, on descend de cheval et on les cache comme on peux. Deux on s'approche du tertre en file indienne et en se courbant, de façon à toujours avoir le tertre entre nous et le monastère.
Avant d'arriver là où on descend de cheval, je demande en türk à Ulap s'il a neutralisé notre gardien.

Ayu-Kulak 17/12/2015 19:14

On met les chevaux à l'ombre du tertre, on les débarrasse des selles et on pose les paquetages à terre. On les sèche rapidement au cas où on resterait dans le tertre jusqu'à la nuit tombé (enfin ils doivent pas trop avoir transpiré...). On les entrave pour qu'ils soient bien derrière le tertre et qu'il y restent même s'il se passe des choses. Enfin bref, on montre bien qu'on a pas l'intention de repartir.

"Compagnons, prions Tengri et nos ancêtres dans le silence de nos coeurs". "Sergent Guo, nous allons méditer, n'interromps pas notre méditation nous t'en prions".
Je nous fais asseoir en tailleur et en deux rangées orientées ouest-est (les derniers rayons du soleil couchants doivent passer entre nous et éclairer le tertre), puis je nous fais fermer les yeux, et je fais prier silencieusement Tengri, ainsi que les ancêtres de cette bataille.

pour ma part, voici mes supplications muettes : "Peau-Noire, tu étais bek - viens à notre aide pour reconstituer la Force des Türks ! Compagnons du bek Peau-Noire, vous le serviez, servez maintenant cette mission! Forte-Race, que ta lance lourde pourfende nos ennemis! Poitrine-Virile sur le cheval pie, viens au secours de ta fille Kenjeke! et toi, Faucon-Riche, porteur du Tug, qui n'est pas tombé aux mains de nos ennemis, montre-moi le chemin!"
Au bout de 5 minutes, j'entrouvre suffisamment les paupières, afin de vérifier que Guo, qui doit en avoir marre, faim, et s'ennuie comme un rat mort à nous regarder, soit s'est endormi, soit rentre au monastère ;)

Maître Zit 17/12/2015 08:16

[la première phrase de mon commentaire ci-dessous doit avoir été écrite sous influence starwarsienne]

Maître Zit 16/12/2015 13:25

Cacher les chevaux, vous ne pouvez que derrière le tertre.

Ulap a envoyé un esprit sur Guo, mais quelle en a été l'efficacité, c'est à vous de l'estimer. Comme je l'ai écrit "il n'a pas l'air bien en forme", mais il ne vomit pas tripes et boyaux non plus. Genre plutôt nauséeux, qui aurait bouffé un truc pas net et qui préfère rentrer que de cavaler. Vous n'êtes pas loin du monastère.

[Je gèle le temps avant votre approche du monticule pour en finir avec Guó d'abord]