Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
wos-rpg.over-blog.com

Ashina

14 Octobre 2013 , Rédigé par Maître Zit Publié dans #Deuxième Acte

Ashina

Rivière Urungu, Dzoungarie (By Oschtan, via Wikimedia Commons)

Les traces des chevaux vous mènent vers le sud. Le soleil est bas et allonge vos ombres vers votre gauche. Le terrain est légèrement verdâtre : les rares herbes rases qui y poussent au Printemps tentent de faire oublier la sècheresse du lieu. Quelques buissons épars brisent la monotonie du sol. Les montagnes sont derrière vous, vous avancez sur une surface d’abord très légèrement vallonnée, puis à peine ondulée. Au loin, vers le Sud, un nuage de poussière s’élève. Ou bien ce sont des Ashina et vous êtes saufs, ou bien ce sont des Ashite de Tchoyun, et votre dernier espoir s’estompe.

Il y a 7 cavaliers, c’est jouable, vous pourriez les vaincre. Mais bien vite, vous notez qu’ils ne sont pas lourdement armés, seulement avec des arcs, et que parmi eux il y a Kenjeke et Gara-Gan.

Ceux-ci ne cachent pas leur joie de vous revoir. Kenjeke fait les présentations : ce sont bien des Ashina. Le plus âgé se présente comme Roc-Rougeaud « Kenjeke nous a expliqué. Vous vous en êtes sortis ? Nous pensions arriver trop tard. Nous étions en chasse quand nous avons attrapé ce drôle de gibier ! » et il désigne Gara-Gan et Kenjeke. « Avec tout ca, on a loupé les antilopes ! » et il part d’un grand rire. Il regarde ensuite Ulap avec un air aimable un peu crispé « Salut à toi Ulap. Marmotte va bien, tu sais ».

Kenjeke est tout sourire, elle s’approche d’Ayu-Kulak alors que celui-ci a démonté pour l’enlacer, mais elle reste à cheval. Elle veut bien attraper la main qu’il lui tend mais ne se penche pas pour un nez-à-nez, malgré la traction qu’Ayu-Kulak exerce. « Je suis heureuse de vous revoir tous en vie » et avisant Jebe-Tsenkher « Mais tu as saigné ! Tu as versé ton sang pour nous, nous nous en souviendrons ». « Ouais ! Je m’en souviendrai » rajoute Gara-Gan aux anges.

Et tout le monde de repartir, Kenjeke aux côtés d’Ayu-Kulak qui a bien dû remonter sur son cheval sans nez-à-nez. Ce soir, peut-être.

Il vous faut peu de temps pour parvenir à un ail de 8 tentes. Des moutons broutent ce qu’ils peuvent. Vous êtes surtout impressionnés par les 6 gros chameaux. Les cehvaux sont peu nombreux, une douzaine au plus.

Roc-Rougeaud vous fait l’honneur de sa yourte. Vous y entrez avec le pied droit, bien sûr, et vous asseyez à gauche. Au milieu, de la viande bout dans la marmite. La femme de Roc-Rougeaud vous apporte du fromage dur à casser les dents et vous offre du lait salé. Il est de bon ton pour vous de donner quelque chose en retour, même sans valeur (cependant, il vous reste la viande du sanglier qui doit être mangeable maintenant). Durant ces quelques minutes, vous pouvez observer les lieux: la yourte n'est pas particulièrement riche, mais correcte. Vous remarquez les armes qui y sont entreposées, à côté d'une grande selle de chameau: une armure de cuir tressée, un casque de métal orné d’une queues de yak noire, une épée, une grande lance et surtout un grand bouclier rectangulaire. Une fois vos bols entamés, Roc-Rougeaud vous demande ce qui vous amène ici.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Maître Zit 13/11/2013 09:44

Une fois votre entretien fini, vous trouvez une place dans l’ail pour monter vos yourtes. Vous en avez deux, une pour Gara-Gan, Kenjeke et ses suivantes et une pour les hommes. Gara-Gar demande à loger avec les hommes, bien qu’étant encore un enfant. Vous retrouvez vos chevaux qui ont été bouchonnés et abreuvés. Ils broutent tranquillement avec d’autres bêtes portant le tamga [marque] des Ashina. Dans la journée, Kökötöy vous indique qu’il va s’entretenir avec Riche-le-Cerf dans la yourte de ce dernier. Plus tard, il fait demander à Ulap de les rejoindre.
Vous notez que les forgerons sont très actifs, forgeant des pointes de flèches diverses, des grosses, des petites, des sifflantes… mais aussi des pièces métalliques d’armures lamellaires ou des quart de coque de casques.
Plus loin, près des tentes des étrangers, de gros tas de peaux sont préparés en ballots pour leur transport, de même que de gros rouleaux de feutre : les fourrures de l’hiver sont les plus précieuses et la laine hivernale des chameaux et a été brossée. Quelques esclaves sont pris dans des carcans, probablement destinés à être emmenés.
Les étrangers s’avèrent être des marchands. Souhaitez-vous vous entretenir avec eux ? Ou avec quelqu’un d’autre ?

Ayu-Kulak 17/11/2013 09:14

"Bon ben attendons de savoir si les esprits parlent aux chamanes avant d'aborder les marchands. En attendant, profitons du fait d'être invités pour se reposer et faire la fête!" On peut participer aux travaux pour être polis, mais aussi on traîne Gara-Gan avec nous pour en faire un homme, qu'il expérimente sa première beuverie, et plus si affinités. :)

Maître Zit 16/11/2013 12:03

[j'y compttais]
Ces marchands viennent de Turfan, la première cité Wei vers le sud-est. Il passent régulièrement par là vers ou de retour de la Sogdiane. Ils ne parlent cependant pas Chinois, en tout cas pas ceux que Jebe-Tsenkher a pu entendre crier leurs ordres.

Ayu-Kulak 14/11/2013 22:28

Avant d'aller discuter avec les marchands, je demande aux Ashinas de quel peuple ces marchands sont, puis je fais circuler l'info aux Ashites. [olivier, je te propose de commencer un nouveau post "novembre", qui serait illustré par l'image de la répartition des peuples que tu nous envoyas en direct. :)]

Jebe-Tsenkher 13/11/2013 13:56

En ce qui me concerne un petit achat de pointes de flèches (ainsi que d'une flèche sifflante pour remplacer celle que j'ai utilisée dans le défilé) ne serait pas superflu.
Je me ballade, discute avec les artisans, les enfants aussi, bref je glane des renseignements auprès de tout ce qui peut être une source d'info.

[sinon le système d'alerte ne marche pas du tout, j'ai dû m'abonner une bonne dizaine de fois pour 0 notifications]

Maître Zit 03/11/2013 18:57

Vous pénétrez dans l’ail de Bumin. Le camp vous apparaît plus grand que celui de Bek-Toro. Il y a aussi beaucoup plus de chameaux que de votre côté des montagnes. L’ambiance est très affairée, bruyante : là des bouviers mènent les juments à l’étalon qui piaffe, là des esclaves coiffent les poils de chameau amassés pour en faire du feutre. Vous percevez l’odeur aigre des peaux de lapins que les fabricants d’arcs font bouillir pour en faire une puissante colle destinée à la fixation de lames découpées dans les cornes dont vous apercevez un tas, alors que pas loin s’élève la fumée du foyer des forgerons dont les marteaux sonnent fort. Vous croisez aussi des étrangers, comme Jebe-Tsenkher en a déjà vu, s’affairant autour de chameaux, de mules et de ballots. Leurs cris vont sont incompréhensibles. Des enfants courent de ci-de là en jouant à la chasse, armés d’arcs jouets.

Enfin, vers le milieu du camp, une yourte bien plus grande que les autres se distingue. Son seuil est encadré par deux soldats en armes couverts d’une armure lamellaire de fer et d’un casque à toupet de crin. A côté de la yourte, une longue perche maintenue droite par un trépied supporte à son sommet une tête de loup en or, sous laquelle pendent sept queues de yak blanches : si un jour elles sont remplacée par des noires, cela signifiera que les Ashina et leurs vassaux seront en guerre. C’est le tug des Ashina dans lequel réside l’esprit du héros éponyme.
Votre accompagnateur vous demande de démonter et hèle un esclave grand à la peau claire, aux yeux d’un bleu horrible et aux cheveux couleur de paille. Celui-ci approche sans trop comprendre. « Arrrrh ! Ces étrangers, tout juste bons à orner nos selles de leurs peaux ! » Avec forces gestes, il lui fait comprendre « Toi, chevaux, miam miam glou glou donner ! » et lui donne un coup de ses longues rênes pour mieux lui faire comprendre ses ordres.
Devant la yourte, on vous fait attendre quelques secondes. Puis votre seyant accompagnateur ressort et déclare à Gara-Gan et à Kenjeke « Bumin Khan vous fait l’honneur de sa yourte ». Ce à quoi Kenjeke répond « Qu’il en soit remercié, nous entrons donc avec notre suite » et elle vous fait signe de la suivre sous l’œil un peu perplexe de l’élégant.


L’intérieur de la yourte dépasse en volume et luxe tout ce que vous avez pu voir. Le sol est couvert de tapis complexes venus de pays lointains, les sièges sont couverts de fourrures de loup, les parois sont ornées de trophées, d’armes richement décorées, d’armures diverses, de manteaux de zibeline ou de renard argenté. La marmite où bout le lait, au milieu de la yourte, est délicatement ouvragée et ornée de motifs de griffons chassant des chevaux. De l’autre côté, siège un homme d’âge moyen, vêtu à la türk, mais dont la tunique est faite de soie moirée et les cuissardes de peau d’agneau, couvrant un pantalon d’une fine étoffe. Ses longs cheveux noirs encadrent un visage déterminée t buriné. Près de lui, un peu en retrait, une femme se tient assise, elle aussi vêtue d’un riche robe de portant force bijoux. Un autre homme presque aussi bien vêtu est à sa droite. Trois serviteurs sont là pour accéder à tous les désirs du maître. On vous présente [dans l’ordre] Bumin Khan, sa première femme la khatun Rayon-de-Lune et le chaman Riche-le-Cerf.
« Cousin Gara-Gan et cousine Kenjeke, soyez les bienvenus. Installez-vous tous. Partageons le yaourt ». Une fois le bol en porcelaine de Chine ayant fait le tour, Bumin reprend. « Cousin, on te fait des ennuis paraît-il.
- Oui, répond Gara-Gan, j’ai peur de Tchoyun qui nous veut du mal
- Et bien avant que vous me racontiez, il est correct de laisser d’abord nos hôtes se présenter » Et il se tourne vers vous, vous faisant signe de parler.

Maître Zit 13/11/2013 09:07

[J'avais loupé la blague ! Excellent. Bon, mainstenant, il va falloir que je me décide où se trouve ce tug...]
Kökötöy va demander à Ai-Toion de lui envoyer une vision cette nuit. espérons que l'Aiyy daignera lui répondre de manière intelligible.

Jebe Tsenkher 12/11/2013 23:51

[:) je l'avais en effet noté]
Il me semble que les affaires tournent dans le bon sens... un peu d'action nous fera du bien, mais cette fois Ô Ayu Kulak, me permettras tu quelques conseils guerriers avant nos batailles à venir ?

Ayu-Kulak 12/11/2013 22:21

[vous avez vu ma blague sur "les Avars sont mesquins (avares)" ;)]

Ayu-Kulak 12/11/2013 14:12

"eh bien nous avons un plan..., et beaucoup trop de personnes qui le connaissent... Il nous faut rassembler les chamanes le plus rapidement et le plus discrètement possible, pour organiser une cérémonie qui demandera aux esprits de nous indiquer où se trouve le Tug de notre ancêtre à tous. Ulap, accepterais-tu d'en discuter avec Riche-le-Cerf? Ou bien toi, Kökötöy? Cette histoire de chamanes noirs ou blancs me dépasse; lesquels sont capables de trouver l'emplacement du Tug? Et que vous faut-il?

Bumin Khan 11/11/2013 17:56

Bumin fait un grand sourire "J'aime entendre parler comme toi, Ayu-Kulak ! Si effectivement je m'assure le soutien des Ashite, tous les autres clans Türks me suivront sans que j'aie besoin de leur botter le cul !" Il jette un coup d'oeil vers Jebe-Tsenkher. "Vous voulez me prouver votre sincérité ? Il y aurait un moyen de vous rendre très utiles à moi et à vous en même temps. Laissez-moi y réflêchir encore un peu et je vous ferai appeler. En attendant, vous êtes mes hôtes, qu'on le proclame dans tout l'ail !"

Kökötöy rajoute "Je suis certain de la valeur de ces guerriers et de leur fidélité à leur Khan, ô Bumin ! Ils sont valeureux et sauront certainement te servir efficacement pour la plus grande gloire de Tengri, des Türks et de leur Khan"

L'entrevue est levée. Vous pouvez enfin monter vos yourtes. Arslan ressort avec sa tuunique toute neuve. Les queues de yak du tug flottent dans le vent de la steppe qui gonfle vos poitrines.

[Profitez-en pour discuter, vous préparer, demander des précisions de background. Je vais vous envoyer quelque sinfos ainsi qu'une carte par email, puis vous retrournerez chez Bumin]

Ayu-Kulak 11/11/2013 00:23

"Tout d'abord, Bumin, laisse-nous te dire que ton combat est juste. Tu fus loyal au Qaghan, tu l'as prévenu du complot des Tölöch, tu as fais la guerre pour lui, du sang de Türk a été versé pour ces feignants... et, pour dire les choses calmement, non seulement Anaguei s'est montré mesquin comme un Avar, mais en plus il a insulté ta loyauté et tes services en répondant que tous les Türks étaient ses esclaves!"

"Pour soutenir ta juste vengeance, la situation est simple : d'un côté tu as l'inséparable couple Tchoyun/Ak-Tchenem. Tout le monde sait que le chaman suce les Avars. J'entends dire que Tchoyun pourrait se déclarer contre les Avars un beau matin au réveil, mais cela ne va tromper personne : Tchoyun ne va pas se séparer de son ami de de 30 ans!
De l'autre côté, tu as Ay-Salkin, Garan-Gar, Kenjeke et moi, soutenus par notre chaman Temir, un homme tranquille sauf qu'il veut bouffer de l'Avar depuis 30 ans! ;)

Quand à ce que pensent les Ashite, nous ne le savons pas vraiment : nous en avons rencontré quelques-uns - favorables dans l'ensemble à la rébellion - , et c'est au cours de notre tournée que nous avons étés poursuivis par le fils de Tchoyoun. Maintenant, il nous appartient de montrer, au cours du Kurultaï, que Tengri est avec nous et qu'il demande réparation! Avec ton soutien et le Tug, tout le monde se rangera derrière Ay-Salkin régente de Garan-Gar, et les Ashites seront avec toi, Bumin!"

Bumin Khan 09/11/2013 17:52

Les chamans blancs se regardent, sans que vous puissiez interpréter leur regard de quelque manière que ce soit.
"Ohoooh!" dit Bumin "voici une vision qui me conforte. Car les loups, c'est nous !" Ce à quoi Riche-le-Cerf répond "L'interprétation des rêves est très complexe, ô notre Khan, même si celui-ci peut paraître clair. Nous devons d'abord en parler entre chamans, et nous te dirons ce qu'il en est vraiment.
- Riche-le-Cerf, tu es un rabat-joie." Il se tourne vers vous : "Maintenant, vous allez me dire ce que vous attendez de moi "

[je vous passe les explications que vous avez déjà données à Roc-Rougeaud et Kökötöy, sauf si vous avez quelque chose à rajouter]

"Bien entendu, je préfère soutenir ma famille, surtout lorsque qu'elle embrasse ma cause. J'attendrai les avis des chamans avant de prendre une décision définitive, mais a priori, vous pouvez compter sur moi. En tout cas, Gara-Gan et Kenjeke sont ici sous ma protection, je le dis devant Tengri et Ashina. Mais vous devez savoir que ma priorité est notre vengeance envers le Qaghan, et je ne voudrais rien faire qui compromette mon projet. Qu'en pensent les Ashite ? Et que pensent-ils de Gara-Gan ?"

Ulap 09/11/2013 16:43

Oui, je n'aime pas parler en public, grand Kahn, mais sous ton toit je pense que c'est juste. Juste alors que je partais rejoindre mes quartiers pour la nouvelle saison, j'ai reçu une vison qui vient surement de Ai-Tojon!!! Le jeune bek et sa sour me sont apparus, et je les ai aidés a attraper un aigle blanc alors que j’étais sous ma forme de corbeau... (ce n'est pas tout les jours qu'un chaman noir s'attaque au symbole des envyés de Tengri, glissai-je en apparté, en jetant un regard ironique vers Riche le Cerf avec un clin d’œil vers Kokotoy) Alors que nous avons maîtrisé l'aigle, un loup arrive et se jette dessus pour le tuer et prendre sa lace dans le nid... voila, grand Kahn... Je ne suis pas sur de ce que cella peut vouloir dire, je ne fais pas de politique... mais ce que je sais, c'est que c'est un signe que je dois aider et protéger Garan-Gar, et Kenjeke, et que ceux qui leurs voudrons du mal auront à faire a moi!... ça a déjà commencé, d’ailleurs!

Bumin Khan 08/11/2013 08:55

Bumin regarde Riche-le-Cerf avant de reprendre.
"Retrouver le tug des Ashite ? Voilà votre projet ? Si vous y parvenez, vous serez écoutés chez les Ashite, et même au-delà. Mais aies la patience du loup, Jebe-Tsenkher. Le tour des Wei viendra, mais chaque chose en son temps. Pour le moment, j'ai d'autres projets, et si tu sais retenir ton désir de vengeance, tu pourras m'être très utile. Nous devons d'abord venger l'affront qu'Anaguei m'a fait, et à travers moi aux Türk, et restaurer la puissance du qaghanat. Et pour y parvenir, nous devons nous assurer provisoirement des Wei. Et, si Tengri le veut, nous soumettrons aussi les autres tribus et tu pourras alors assouvir ton légitime désir de vengeance. Car si les Wei ne sont plus aussi puissants qu’avant, ceux qui vivent sous le feutre non plus à cause des querelles internes des Avars et leurs khans incapables !»
Sur ces entre-faits, le serviteur revient avec une longue tunique bleu clair. Bumin lui fait signe de l’apporter à Arslan. Elle n’est pas de facture turque. Le serviteur dévêt Arslande sa vieille tunique et lui enfile la neuve. Sur chaque pan est brodé un cheval au galop en fils de différentes couleurs. Cette veste n’est pas de facture turque. Elle est en coton avec une doublure de laine. Bumin sourit.
« Te voilà mieux habillé pour retrouver ta femme quand tu rentreras ! Cette tunique vient de loin, du grand Khanat de Perse. Tu es maintenant Kökarslan, le lion bleu ! » Et de rire. Riche-le-Cerf rajoute « ou le Türk Bleu, ahah ! ». Bumin devient soudain pensif et se lisse la moustache « Türk Bleu, Türk Bleu, mmmh… » Puis riche-le-Cerf reprend « Noble Bumin Khan, peut-être le chaman Ulap peut-il nous raconter sa vision ?
- Tu as raison. Nous t’écoutons, Ulap »

Jebe Tsenkher 07/11/2013 21:36

"O noble Bumin Khan, je déteste cette engeance qui a fait de moi un esclave, détruit ma famille, violé et tué mes sœurs et ma mère..

Sous leur joug j'ai dû ravaler ma colère et subir leurs outrages pendant des années. J'ai aussi appris leur langue, observé leurs coutumes et assisté à leur déchéance quand heureusement Yiran m'a délivré en battant ceux qui me détenait prisonnier et a fait de moi un homme libre.

Cependant ma soif de vengeance n'est pas assouvie et je poursuivrai tous les Wei de ma haine et leur ferai payer cher leurs crimes. Je retrouverai ceux qui ont massacré les miens et les écorcherai vifs. Ainsi mes ancêtres seront apaisés.

Aujourd'hui ils se sont associés aux sédentaires de l'est [les chinois] et comme eux ont commencé à bâtir des maisons et des villages en pierre, outrageant la terre. Ces fous s'amenuisent et deviennent une race chaque jour plus faible que nous n'aurons aucune peine à terrasser.

Ils sont une offense au Ciel et Tengri sera soulagé de se voir débarrassé d'eux. Il nous assistera et nous récupèrerons notre Tug.

Je connais le chemin de plusieurs de ces nouveaux villages et je vous les montrerai. Leur vigilance s'est relâché depuis qu'ils sont alliés aux sédentaires de l'est et nous n'aurons aucun mal à les surprendre. En capturant certains d'entre eux que nous ferons parler et en libérant des esclaves nous saurons où se trouve le Tug et nous irons leur reprendre."

Maître Zit 30/10/2013 21:19

Le lendemain, Kökötöy selle son cheval « Je préfère encore monter à cheval, les chameaux ne m’inspirent pas assez confiance». Roc-Rougeaux pourra aller directement vers l’ail de Bumin pour annoncer votre venue, alors que vous devrez faire un détour vers l’Est pour rejoindre au plus vite la rivière Urungu et abreuver vos chevaux –ils pourraient cesser de boire pendant plus d’une journée si c’était nécessaire, mais les pauvres bêtes sont déjà bien faibles après.

Durant le trajet, Kökötöy s’entretient beaucoup avec sa protégée Kenjeke mais aussi avec Gara-Gan, son espoir de retour. Le terrain est d’une platitude désespérante, ne serait-ce les monts Altai que vous avez quittés, et le soleil commence à être assommant en ce mois de Mai. Vous faites une pause l’après-midi à un point d’eau. Il s’agit d’une résurgence d’eau douce s’étalant en une flaque boueuse de quelques ares, vite dévorée par la terre assoiffée et le soleil ardent. Une famille en chemin vers son camp d’été y fait boire son maigre troupeau. L’eau sent le mouton et le crottin, mais au bord de la flaque, là où l’eau fraîche surgit, l’odeur est moins forte : c’est là que vous pouvez remplir vos gourdes. Vous y faites votre camp pour la nuit.
Le lendemain, vous repartez vers le S-E : vous devriez atteindre votre but dans l’a-m. Vous atteignez l’Urungu dont vous suivez le cours vesr le Sud : l’herbe y est plus verte. Vous croisez de plus en plus de troupeaux « ils appartiennent à Bumin » vous indique Kökötöy. Des yourtes abritent ceux qui en ont la charge. Vous pouvez même vous restaurer chez un des Ashina de rencontre. Enfin, au loin, apparaissent les premiers points blancs annonçant l’ail de Bumin Khan, khan des 10 tribus Türks et de leurs alliés. Déjà de loin, il apparaît bien plus grand que celui de Bek-Toro : il est vrai que de ce côté des montagnes, le Printemps est arrivé plus tôt.

Alors que vous approchez de l'ail, deux cavaliers vienennt à votre rencontre: l'un d'eux est Bec-rougeaud, l'autre un homme habillé richement, le visage balaffré : Geche-Yuz le reconnait comme un chef de mille des Ashina. Il s'adresse à Gara-Gan et Kenjeke. "Soyez les bienvenus. Bec-Rougeaud nous a avertis de votre venue, Bumin Khan va vous recevoir." Puis il se tourne vers Kökötöy "Salut à toi, sage Kökötöy. Tes amis Ashite sont aussi les bienvenus"

[vous pouvez discuter de ce que vous allez raconter à Bumin Khan avant de le rencontrer]

Kenjeke 31/10/2013 21:55

"Je t'écoute, Ayu-Kulak", dit-elle en souriant.

Ayu-Kulak 31/10/2013 08:47

(je laisse le cheval blessé de Bouleau-Blanc chez Kökötöy "lire dans les entrailles... ou sacrifice..").
"Notre but en nous adressant à Bumin Khan est de démontrer que Gara-Gan est apte à succéder à son père, donc nous ne commettrons pas l'erreur de parler à sa place. Tu devras parler tout seul, comme un chef, en t'inspirant de mon témoignage sincère à Bec-Rougeaud. Commence par ta généalogie, puisque tu la connais jusqu'à la 9e génération. N'oublies pas d'insister sur le fait que tu es le fils héritier désigné de Bek-Toro, que Tchoyun et son âme damnée de Chamane-ami-des-Avars veulent te spolier, que ton père était à peine enterré qu'ils vendaient déjà ta soeur aux étrangers, que ta mère Ay-Salkin (une Ashina!) est emprisonnée dans sa yourte par son infâme beau frère!...
Nous interviendrons pendant ton discours par de lourdes approbations ou pour te soutenir.

Je propose que l'on fasse une dernière répétition du discours: on fait un cercle autour de Gara-Gan. Jeune yaghbu, imagine que nous sommes la cour du Khan, et laisse parler ton coeur. Ensuite nous te ferons part de nos idées d'amélioration.

Mais d'abord je dois m'entretenir un instant en aparté avec Kenjeke"

Maître Zit 23/10/2013 20:48

Pendant qu’Ulap se livre à ses étranges activités, vous finissez votre repas et vos bavardages. L’anecdote du sanglier a bien plu à vos hôtes, c’est toujours distrayant d’entendre les aventures des visiteurs. 1 heure après, alors que vous êtes déjà emmitouflés dans vos couvertures, Ulap vous rejoint et se couche à son tour.
[vous ai-je dit qu’Ulap est joué par Paul ?]
Après une nuit reposante, les femmes se lèvnt poru allumer els feux. La yourte de Kenjeke est démontée. Roc-Rougeaud fait seller son chameau et, équipé de son arc de ses armes (car vous êtes apparemment poursuivis alors on ne sait jamais), vous accompagnera jusque chez Bumin. La première étape vous amènera chez Kökötöy dès aujourd’hui.

Vous voyagez dans une plaine très aride, vers le sud-sud-ouest, suivant le pas chaloupé du grand chameau. Aussi loin que porte votre regard, vous ne voyez pas de haute montagne au sud. Les maigres cours d’eau sont à nouveau remplis par la fonte des glaces de l’Altai aux sommets encore blanchis par les neiges hivernales, mais l’herbe commence à peine à pousser : vivement les pluies de l’été afin que vos chevaux puissent enfin se remplumer. En fin d’après-midi, vous arrivez à un autre campement prés d’une petite rivière. Il y a 5 yourtes, plusieurs chameaux et du bétail gardé par deux probablement arad (serviteurs) ou esclaves. Une femme est assise aux côtés d’une chamelle pour la traire de son lait gras, alors qu’un homme retient son petit qui voudrait tant y boire aussi. Près d’une autre yourte de bonne taille, une femme âgée bat le lait dans une outre de peau.
Sortant de la grande yourte, un autre homme âgé et une jeune femme tenant un enfant en bas âge dans ses bras apparaissent. Le vieil homme vous salue. Il regarde Ulap puis Kenjeke et dit « Kenjeke ? Je suis Kökötöy et je t’attendais. Venez tous vous reposer chez moi. » Et il vous fait à son tour l’honneur de sa yourte, accompagné de toute sa famille. Dans la yourte, une jene femme d’une vingtaine d’année est assise, un enfant d’environ 2 ans sur les genoux. Kökötöy fait les présentations : la femme âgée est Loutre-Blanche, sa première femme ; le jeune homme se nomme Premier-le- Bienvenu, son premier fils avec sa femme Lune-Fraîche ; la jeune femme avec un bébé se nomme Prise-la-Jeune, sa deuxième femme récente. Kökötöy ne donne pas le vrai nom du bébé afin que les üörs ne le connaissent pas et l’appelle simplement « Fripé ». Vous remarqez un robe de chaman accrochée à l’armature de la yourte, en fautre et couvertes de symboles, de plumes et de rubans. Vous remarquez aussi à côté une tunique qui vous apraît être de la soie : un vêtement de valeur qui montre que Kökötöy est loin d’être misérable !
Une fois les présentations terminées et après les courtes explications de Roc-Rougeaud, il vous dit.
« Je suis ce qu’il se passe chez nous autres, les Ashite. Je sais que Tchoyun et Ak-Tchenem ont voulu exiler Kenjeke. Ai-Tojon [Aiyy de la lumière et de la divination] a bien voulu m’envoyer une vision de votre fuite, mais j’étais trop loin. Quelle est la situation exacte depuis ces derniers jours ? Quel sont vos intentions, Gara-Gan, Kenjeke, Ayu-Kulak, Jebe-Tsenkher, Arslan, Geche-Yüz ? Et les tiennes, Ulap ? »
[Vous n’êtes pas obligés de raconter toute l’histoire comme chez Roc-Rougeaud, sauf si ca vous amuse. Vous pouvez parler des derniers jours et de vos intentions futures. Tout le monde peut parler et donner son avis : c’est le moment de décider de la suite. Vous pouvez aussi demander l’avis de Kökötöy]

Ulap 30/10/2013 18:33

Ouais, ouais, ouais, Kökötöy a raison, bien sur, mais n'oubliez pas qui nous sommes! On ne vit pas dans des maisons de pierre, on vit dans la nature, avec la nature... Meprisez la et elle vous le rendra bien... ( tout ça dit d'un ton acerbe)
Pfff... je suppose que je suis la pour ca , d'toute façon...
Mon garçon, n'oublie jamais que nous devons être en harmonie avec le monde qui nous entoure! Mais Kökötöy dit vrai, tu dois t'ouvrire a Tengri et respecter tes ancêtres pour être chef un jour... Fait seulement attention (en grommelant pour finir)

Kökötöy 29/10/2013 16:57

Les motivations des esprits sont parfois au-delà de l'entendement des humains. Mais pour s'en prendre à un oboo consacré à Tengri, il faut être malfaisant !

Pour Gara-Gan, et bien la voie de Tengri est toujours bonne. Elle serait même incontournable pour un Khan. Le soutien de Tengri reste quoiqu'il en soit le plus fort. Mais les ancêtres ne sont pas à négliger non plus : ce sont bien les Khans qui dirigent les sacrifices annuels aux ancêtres aussi, et les Beks au sein des clans. Et si Gara-Gan doit rechercher le soutien d'Ashite, il devrait aussi être respectueux envers les ancêtres

[en termes de jeu, ca veut dire avoir un score non négligeable en allégeance aux ancêtres. Je vais vous faire un petit topo sur le focntionnement des allégeances].

Ayu-Kulak 28/10/2013 22:03

Bien bien. Si les esprits nous indiquent que le Tug est à la campagne, nous pourrions faire un raid. Si le Tug est dans un village, nous pourrions ruser, en nous faisant passer pour tes prisonniers, ah ah ah! [gros clins d'oeils, brandit la chope].

Tiens, à propose d'esprits, je raconte l'affaire du sanglier (de manière objective cette fois). On a deux chamanes avec nous pour nous éclairer. Qu'était-ce sanglier enragé, est-ce qu'il venait vraiment détruire l'oboo tous les soirs et pourquoi? Et quel chemin religieux devrait suivre Garan-Gar pour que les dieux favorisent ses projets? [Tengri si j'ai bien compris. Tous les chefs sont tengristes]

Maître Zit 28/10/2013 20:57

Kökötöy reste un peu sur sa faim face à la réponse de Kökok. Il le regarde cependant avec une certaine insistance de ses yeux intenses, comme tentant de percer son esprit et d'y lire la vérité.

[À moins que vous n’ayez quelque chose à rajouter, nous passons au lendemain pour le trajet vers l'ail de Bumin !!!].

Jebe Tsenkher 28/10/2013 02:03

"Les Wei sont une sale race qui mérite d'être exterminée, dis je entre mes dents serrées par un rictus haineux, le regard perdu de celui qui se remémore des souvenirs désagréables. Je ne ressemble pas à un Wei mais je connais leurs habitudes, leurs coutumes, leurs tactiques et leurs points faibles... ils sont en relations avec les sédentaires de l'est [les chinois] et ont même adoptés nombre de leurs coutumes et même leur langue, j'en connais quelques mots encore.
Ils se sont affaiblis et leurs lignées déclinent, on dit même qu'ils ne courent plus la steppe et qu'ils construisent maintenant des village en pierre !
Je suis sûr que si nous partons en guerre contre eux, nous les battrons et nous récupèrerons le Tug !

Maître Zit 27/10/2013 19:26

[non, non, ton idée peut vous inspirer, elle n'est pas si idiote, même si elle est un peu optimiste. Jebe-Tsenkher/Kökok va nous rappeler pourquoi (s'il suit le blog).
Sinon, vous êtes quasiment tous, sauf exception, sur le même modèle physique mongoloide: Mongol et Turc sont des différences linguistiques. Par ailleurs, les Wei sont anciennemnt des Tabgach, tribus jadis turcophones elles aussi -en tout cas la classe dominante. Mais maintenant, ils parlent Chinois.]

Ayu-Kulak 27/10/2013 11:47

[euh j'ai dit ça parce que j'avais cru comprendre que Kökok était le plus mongoloïde d'entre-nous, donc pourrait passer pour un Wei :/ Rembobinons si j'ai compris de travers]

Kökötöy 26/10/2013 22:58

Les esprits parleront... s'ils le veulent. Je les interrogerai en tout cas. Mais avant, éclairez-moi : Jebe-Tsenkher, pourquoi passerais-tu pour un Wei ? Ton nom est plutôt des tribus du levant. D'ailleurs, c'est-vrai, n'es-tu pas un Avar ?

Ayu-Kulak 26/10/2013 22:15

"Pour commencer, Kökötoy, les esprits nous parleront-ils? Cela, Bumin ne peut y répondre, toi seul pourra répondre. Bon, on est pas obligé de foncer chez les Weï non plus; Jebe-Tsenkher par exemple pourrait passer pour un Weï, non?" :)

Maître Zit 25/10/2013 12:38

Gara-Gan : « Oui, bien sûr, ceux qui m’aident seront récompensés. Maman nous a dit que si nous avions des soucis, nous pourrions aller vers toi : c’est que tu es un ami, alors tu reviendrais avec nous chez les Ashite ! Et Ak-Tchenem ne sera jamais mon chaman, ca, c’est sûr ! »
Les yeux de Kökötöy semblent s’allumer. Son visage buriné par les ans, encadré de ses longs cheveux gris qui tombent sur sa poitrine, semble soudain dire sa volonté de fer :
"Je te remercie de ta confiance, Gara-Gan, mais il te faut savoir que la partie est loin d’être gagnée. L’aide de Bumin serait certes d’un grand poids, et si Tchoyun est pro-Avar et que tu te déclares contre les Avar, elle vous sera accordée sans difficulté. J’y travaillerai. Mais si un jour Tchoyun décide finalement de le rejoindre dans sa rébellion, je ne suis pas sûr que Bumin prendrait le risque de se le mettre à dos. Tu devras prouver que tu es digne de sa confiance" il réfléchit, les yeux mi-clos. "Le Tug [bannière], oui, évidemment, ca clouerait le bec à tout le monde et ca devrait faire basculer beaucoup de familles de notre côté. Le soutien de notre ancêtre Ashite serait un coup de maître. Mais il a été perdu dans le royaume des Wei.(*)" et il se frotte le menton.
Roc-Rougeaud : " Chez les Wei !!! Mais ce sont nos ennemis depuis des générations ! Comment la récupérer ? Un Türk ne ferait pas trois pas dans leur royaume sans finir écartelé ! À moins de les envahir, mais je ne crois pas que ca soit prévu, Bumin arbore encore le Tug blanc des Ashina !"
" Mmmmh. Tu as raison, roc-Rougeaud. Et c’est bien pour cela que nul n’a jamais pu récupérer notre Tug perdu. Mais laissez-moi vous conter l'histoire des vieux loups et du jeune loup, qu’un conteur m’avait racontée il y a des années. Une meute de loups affamés vivait dans les parages d’un ail où paissaient de nombreux moutons. Ils décidèrent bien entendu d’en faire un festin. Mai le chef de l’ail était un puissant chaman qui établit une barrière invisible autour de l’ail. À chaque fois que les loups tentaient d’attaquer le troupeau, ils se cognaient contre la barrière invisible et se faisaient mal, tant et si bien qu’ils décidèrent que les moutons étaient inaccessibles et que mieux valait les laisser en paix. Et ils continuèrent à avoir faim. Un jour, le chaman décida de rejoindre les esprits et sa magie disparue, mais les loups, devenus plus vieux, ne le savaient pas et continuaient à éviter l’ail. Arrive un jour un jeune loup qui voit les moutons et s’étonne que les vieux loups aient faim alors que tant de bonnes proies paissent à leur portée. Les vieux loups lui expliquent alors qu’une magie les protège et qu’on se blesse à chaque fois qu’ont tente de s’emparer des moutons. Le jeune loup est dubitatif. Il attend que les vieux loups s’endorment et se dirige vers le troupeau qu’il attaque sans attendre… et il dévore tous les moutons, pendant que les vieux loups continent à avoir faim.

Allons voir Bumin ensemble. Il écoute mes conseils et je parlerai avec vous. Nous aviserons ensuite. »
(*) [rappel : le royaume Wei est en Chine du Nord. Ce sont des anciens Nomades sinisés qui sont en guerre plus ou moins permanente contre le khanat Avar, donc contre vous. D’ailleurs, ils ont viré les Türks de leur ancien ulus. Voir le background pour plus de détails]

Jebe Tsenkher 15/10/2013 11:25

[Je ne savais pas que j'avais été blessé : Ou alors c'est le sang de Arslan que j'ai soigné ?]

Ulap 22/10/2013 19:55

Moi, j'vous dit que Kokotoi est homme bien, et qu'il sera sûrement de bon conseil.
Il sait écouter sans préjugés les autres, ce qui n'est pas le cas de tout le monde...surtout chez les chamans blancs! Un passage par chez vous apportera sûrement de bons conseils,et il est écouté et respecté chez les Ashani...
Maintenant j'ai à faire,je vous laisse, ne me dérangez pas cette nuit.
Ulap sort et va s'isoler autour d'un brasero et entame une lente litanie mystérieuse et un peut inquiétante.

Ayu-Kulak 21/10/2013 23:17

Pour terminer la soirée, je raconte l'histoire du sanglier. C'est une belle histoire pleine de magie. Je l'enrobe un peu en mettant Garan-gar en valeur. Cela doit devenir une partie de sa légende. :) [Voui, j'appréhende le test de compétence...]

Maître Zit 21/10/2013 21:28

"C'est un drôle de type, pas très bavard. Il a dû quitter votre clan, paraît-il chassé par votre bek -votre père" , dit-il à Gara Gan et Kenjeke. "Mais je ne sais pas pourquoi.Il est venu chez les Ashina avec sa femme et ses enfants, il y a bien une douzaine d'année Il est très vieux, plus de 50 ans. J'espère que je mourrai avant ! Il a une femme, un fils et deux filles qu'il a déjà mariées. Depuis l'an dernier, il a pris une deuxième femme parmi des captives Tölöch, avec son bébé qui est maintenant son fils. Il habite son ail avec son premier fils. Ce n'est pas un grand ail. Mais Kökötöy est estimé chez les Ashina et Bumin Khan le consulte parfois. Il est réputé de bon conseil et aide les Ashina comme son propre clan."

Ayu-Kulak 20/10/2013 23:13

Pendant le repas, je pose des questions sur Kökötöy. Il a son propre ail? C'est sa famille et il y est retourné? Sait-on pourquoi il quitta Bek-Toro? D'ailleurs quel âge a-t-il d'ailleurs?

Roc-Rougeaud 20/10/2013 15:01

[je devrais avoir un peu plus de temps]

Ce genre de bouclier vous est connu : il est souvent utilisé largement par les guerriers à pied. Roc-Rougeaud fait visiblement partie de l'infanterie montée sur chameaux, importante chez les Turks des régions désertiques. Et apparemment, il a servi, ainsi que le casque.
"Ah ben ouais, je n'ai pas rechigné à servir notre Khan ! Et même le Qaghan Anaguei, cet ingrat" et il fait une moue un peu méprisante. "Je me suis frotté aux Tölöchs, quelle question ! Mais aussi aux Wei, et plus d'une fois qu'à mon tour ! Moi aussi j'aurai des balbals à ma tombe" Il sourit à Gara Gan "Mais peut-être pas autant que ton père. Mais il est temps de manger. Nous pourrons continuer à discuter autour de la marmite."

Une yourte est montée pour les femmes, les hommes dormiront à la belle étoile. Vos maigres chevaux et vos 2 chameaux ont été débâtés, leur sueur a été raclée avec les couteaux à sueur. Les mouches, de plus en plus nombreuses et impertinentes, dansent autour de vos têtes et se régalent de la sueur de vos bêtes et des morceaux de sanglier. Afin de protéger la viande de leur voracité, vous l’entourez de bouses sèches que vous laissez lentement fumer. On prépare une marmite sur le feu, on y ajoute du serpolet et de l’ail sauvages avant de faire bouillir une partie du sanglier, c’est bien le moins. Vous vous coucherez les doigts gras et le ventre plein.

Ulap 16/10/2013 20:52

[Bon, je me suis laissé emporter... Vous avez compris seulement que malgré tout le respect que j'ai pour Tengri, ou allait mon allégeance principale]

Maître Zit 16/10/2013 18:41

[note de role-play: attention, on a beau être un chaman noir, on n'en respecte pas moins Tengri et les autres esprits. Chamans noirs et blancs ne sont pas forcément opposés, en tout cas pas religieusement: ils sont simplement specialisés dans des domaines différents. Il peuvent en revanche entrer en concurrence pour l'influence sur la population.]

Ulap 16/10/2013 06:00

"Passer chez Kökötöy? Pourquoi pas... Il est pas mal pour un chaman blanc... Mais attention, les esprit soutiennent Varan Bar, mais Tengri (sa bouche se tord d'un rictus méprisant) soutien quelqu'un qui lui veut du mal. Cet Ak-Tchenem, peut-être bien..."
C'est Ulap qui parle, après être entrée dans la yourte un peu en retard à pour faire un petit détour voir les enfants de l'ail, distribuer quelques baies séchée au bon goût sucré. Les enfants ont l'air de l'apprécier avec moins de retenue que les adultes, d'ailleurs...

Ayu-Kulak 15/10/2013 23:22

Je ne peux m'empêcher d'arborer un large sourire et d'envoyer un regard approbateur à Garan Gar. Il me semble qu'il s'améliore visiblement par rapport à son discours chez Vif-le-Viseur! :) (même si Roc Rougeaud reste froid). C'est le moment de sympathiser et de s'intéresser à lui. D'ailleurs, qu'est ce qu'il a de spécial le bouclier rectangulaire?

Après avoir remercié le chef avec effusion (nous sommes des réfugiés craignant pour nos vies, après tout), je l'interroge sur son bouclier. Et le casque de métal, s'il est bosselé, je lui demande quelles guerres il a fait. Celle contre les Tölöchs, par exemple?

Maître Zit 15/10/2013 13:02

[tu as raison, je me suis trompé, c'est à Arslan qu'elle dit ca]

Gara-Gan prend la parole et, avec ses mots de garçon de 13 ans, tient le discours suivant, sous le regard attentif de Kenjeke
« Mon père est –enfin, était- le plus fort des Türks ! Il a tué beaucoup d’ennemis et tout le monde l’aimait chez les Ashite et chez les autres clans. Il a même été fait yabghu par Bumin Khan ! Mais maintenant il est mort. Nous mettrons beaucoup de balbals à sa tombe, c’est sûr. Et moi, je veux être comme lui, devenir le bek des Ashite pour continuer. Et je veux aider Bumin Khan contre les Avars qui ont été injustes avec lui. Et qui nous prennent pour leurs esclaves, non mais ça va pas ? Mon oncle Tchoyun et Ak-Tchenem notre chaman nous veulent du mal, à moi et à ma sœur Kenjeke, parce que Tchoyun veut devenir Bek. Et eux, en plus, ils aiment les Avars, alors ils ne vont pas aider Bumin, ils continueront à faire leurs affaires avec eux. Nous avons dû fuir, mais nous reviendrons au bon moment, comme les loups ! Et je serai bek des Ashite, même avec un régent jusqu’à mes 15 ans. Et j’aiderai Bumin Khan et j’irai me battre contre les Avars et les Türk gagneront, parce qu’on est les plus forts. En attendant, nous demandons la protection des Ashina. Nous devons aller voir le chaman Kökötöy qui pourra nous conseiller. Et nos cousins Bumin et Istämi nous protègerons, j’en suis sûr. Et après je pourrai être bek, et Kenjeke pourra se marier avec Ayu-Kulak, et tous ceux qui m’ont aidé seront récompensés. »
Roc-Rougeaud fait la moue. « Et bien, j’ai su que Bek-Toro était mort mais je ne savais rien de toutes ces difficultés. Le mieux est de vous amener chez Bumin Khan, il décidera de ce qu'il convient de faire : ces affaires me dépassent et je ne suis pas un Ashite. Vous pourrez voir Kökötöy au passage, son ail est sur le chemin. En attendant, vous êtes en sécurité ici, les lois de l’hospitalité sont sacrées. Nul Türk n’osera s’en prendre à notre clan. Et je suis honoré d’avoir le cousin et la cousine de Bumin Khan dans ma yourte »

Ayu-Kulak 14/10/2013 22:32

"Bec-Rougeaud-bek, la mort de notre regretté yaghbu Bek-Toro fut inattendue et trop précoce. Sauf, pour une personne. En effet, le cadavre du yaghbu était encore chaud, que Tchoyun et son âme-damnée de chaman Ak-Tchenem - (un grand ami de nos "maîtres" les Avars, sensible aux cadeaux des ambassadeurs, soit dit en passant*) - préparaient déjà le kuruktaï de succession.

Ils se débarrassèrent de la fille de Bek-Toro, - Kenjeke - en la vendant aux Hephtalites pour qu'ils l'emmènent loin, très loin, et qu'elle n'intervienne pas en faveur de son frère. Ils laissèrent Dame Ay-Salkin cloîtrée et traitèrent Garan-Gar comme un nourrisson.

Dame Ay-Salkin demanda que nous emportions Garan-Gar avec nous, loin des complots de Tchoyun.
C'est que 5 lunes ça vient vite! En effet, bien que Garan Gar soit jeune, il sait monter, manier l’arc, connaît ses ancêtres jusqu’à la 9ème génération et se remémore les leçons de son père Bek-Toro. Dans moins de 3 ans, il sera adulte et il pourrait diriger les Ashites !"

[* arf, que c'est fun de calomnier! ;))]

"Pendant que Garan-Gar faisait le tour des chefs de famille Ashites, Tchoyun envoyait les amis de son fils le récupérer par la force. Ils attaquèrent l'ail de mon père Yiran et mirent le feu - de loin, avec des flèches - aux mêmes yourtes où étaient supposés se trouver ses propres neveux! Sans doute dans l'espoir qu'ils brûlent vif!

Nous les repoussâmes - les blessures de Jebe-Tsenkher sont le témoignage de la vengeance du gang du fils de Tchoyoun! Ensuite nous nous séparâmes de mon père, pour ramener Garan-Gar et Kenjeke à leurs oncles et cousins, les Ashinas, les frères et les soeurs de Ayn-Salkin, par la route la plus directe.

Malheureusement, nous fûmes rejoints par une troupe aux ordres de Tcghoyun... Ils demandèrent que nous leur livrions Kenjeke, Garan-Gar et moi-même. En tant que garde du corps de Garan-Gar, je l'avais déjà envoyé au loin, avec le mince espoir qu'il leur échappe ou revienne avec des renforts... Tengri m'est témoin que j'ai essayé de convaincre leur chef Lame-le-Malin de ne pas faire couler le sang de mes frères Ashites! Mais ils nous ont chargé quand même, et nous serions tous morts sans l'intervention - les dieux soient bénis ! - de Ulap.

Maintenant, vous vous demandez peut-être pourquoi Tchoyun tient tellement à remettre la main sur Garan-Gar. Il va vous l'expliquer lui-même"

(je me tourne vers Garan-Gar et lui chuchote) "c'est le moment de re-tester ton discours. N'oublie pas : parle de Bek-Toro, ses hauts faits, que tu marches dans ses pas. Ay-Salkin : elle sera régente. Bumin Khan - ce qu'il a fait pour le Qaghan Avar, ce qu'il a demandé comme récompense; ce qu'Anaguei a répondu. Et termine par le respect dû au Türks et les récompenses pour ceux qui te seront loyaux".